En cinq décennies, le “Classique” du football français entre le Paris Saint-Germain et Marseille a offert quelques rencontres d’anthologie. Comme en mars 2003, lorsqu’un certain Ronaldinho avait volé la vedette à tous les acteurs présents sur la pelouse du stade Vélodrome.

Il fut un temps où le PSG n’était pas le rouleau compresseur que l’on connaît aujourd’hui. Lors de la saison 2002-2003, le club parisien n’est pas au mieux en championnat. Alors qu’un déplacement à Marseille les attend pour le compte de la 30e journée, les Parisiens pointent à la neuvième place du classement. Surtout, ils comptent dix points de retard sur leurs rivaux marseillais, deuxièmes et en pleine lutte pour le titre.

L'OM était favori

Le favori de ce choc est donc tout trouvé, d’autant que Paris ne s’est plus imposé au Vélodrome depuis 1988. Mais Daniel Van Buyten, Vedran Runje, Franck Leboeuf et consorts vont tomber sur un os nommé Ronaldinho. Débarqué à l’été 2001 dans la capitale française, le fantasque Brésilien de 22 ans sera inarrêtable ce jour-là.

Bien décidés à regoûter à la victoire contre les Phocéens, les hommes de Luis Fernandez entament la rencontre avec un esprit de combattant et ouvrent le score à la 27e minute grâce à un tir subtil de Jérôme Leroy, qui profite d’une erreur de placement de Runje. Les visiteurs rentrent au vestiaire avec un avantage d’un but, avant que ne commence réellement le show Ronaldinho en début de seconde période.

Un récital

Interceptant une passe de Leboeuf destinée à Van Buyten à hauteur du rond central, le natif de Porto Alegre file à toute vitesse vers le but marseillais avant de réaliser un joli tir piqué qui trompe Runje. Pas rassasiés, les Parisiens enfoncent le clou à six minutes du terme. Une nouvelle fois lancé en profondeur, Ronaldinho évite Runje puis se défait de Hemdani, déséquilibré par la feinte de frappe du Brésilien. Celui-ci a alors tout le loisir de placer le ballon dans le but vide, mais c’est finalement Leroy qui poussera son ballon au fond des filets pour sceller le score à 0-3.

Une vraie correction infligée par Ronnie et les siens, qui mettaient ainsi fin à l'invincibilité à domicile d’un an des Olympiens. Un sérieux coup d'arrêt aussi dans la course au titre pour les Marseillais, qui termineront finalement troisièmes, à trois points du champion lyonnais. À l’issue de la saison, que Paris terminera pour sa part à la onzième place, Ronaldinho filera contre 27 millions d'euros à Barcelone, où il continuera d’écrire sa légende.