Parmi les "18 ou 19 candidatures" reçues, six d'entre elles ont été retenues et le choix final s'est porté sur le Français Valéry Demory, le coach de Monptellier et ex-coach de Lyon, pour succéder à Philip Mestdagh comme sélectionneur de la Belgique, a expliqué Koen Umans le manager général des Belgian Cats dimanche.
Le management de la Belgique, double médaillée de bronze à l'Euro (2017 et 2021), 4e de la Coupe du monde 2018 et quarts de finaliste des JO à Tokyo, estime qu'il était temps d'apporter "un vent nouveau" parce que "réaliser de meilleurs résultats encore est possible avec ce groupe".

"Cela faisait dix ans que l'on travaillait avec Philip Mestdagh. Il ne faut pas oublier qu'il a coaché cette génération avec les sélections de jeunes, avec le projet des Young Cats aussi, puis comme assistant et enfin head coach (depuis 2015, ndlr). Nous avons estimé qu'il fallait qu'un vent nouveau souffle sur la sélection", a confié de son côté Sven Van Camp, le directeur technique des Belgian Cats. "Ce que nous avons accompli est exceptionnel, mais nous pensons qu'avec ce groupe, nous pouvons faire encore mieux et que pour ça il faut apporter quelque chose en plus. C'est un discours qui n'est pas du tout négatif par rapport à Philip Mestdagh".

"On a pris le temps nécessaire de faire une évaluation et de prendre une décision de prolonger ou non avec Philip Mestdagh", a ajouté Koen Umans. "En concertation avec un ensemble de personnes y compris des joueuses, la perception était que les résultats pouvaient être meilleurs et que l'on a besoin de quelqu'un qui apporte de nouvelles choses. Valéry est le plus à même de nous apporter ce quelque chose en plus. La stabilité de sa carrière le prouve, il travaille de manière structurée et veut construire une équipe. C'est l'homme idéal pour les Belgian Cats".

Valéry Demory entrera très vite en piste avec les deux premières rencontres de qualifications pour l'Euro 2023 le mois prochain. 

"On a besoin d'un gagneur, de quelqu'un qui a de l'expérience au plus haut niveau", reprend Sven Van Camp. "Il faut être encore plus ambitieux. C'est un meneur, il comprend le basket, il a l'expérience de l'Euroligue. C'est vrai qu'il n'a pas encore été sélectionneur en équipe nationale, mais il est très enthousiaste d'ajouter cela à sa carrière et on a l'avantage d'avoir déjà la structure au sein de laquelle il accepte de venir s'intégrer. C'était un critère aussi. Le fait qu'il n'ait aucun passé historique avec les joueuses peut être un avantage aussi. C'est un regard neuf."

Le staff reste ainsi inchangé autour du sélectionneur français. "Nous effectuerons une évaluation après la fenêtre de novembre", a précisé Koen Umans qui a expliqué aussi "tout faire pour permettre à Hind Ben Abdelkader de revenir en sélection". 

Suite à un différend, la meneuse bruxelloise n'est plus apparue en sélection depuis 2017. Ce ne sera cependant pas pour tout de suite. Hind Ben Abdelkader va seulement reprendre la compétition avec son nouveau club russe de Nika Syktyvkar après une opération des ligaments du genou en avril.

Mercredi et jeudi, le management des Belgian Cats se rendra à Montpellier pour définir une première sélection en vue des deux prochains matches en Bosnie-Herzégovine le 11 novembre et face à l'Allemagne le 14 novembre à Courtrai (16h00) en qualifications pour l'Euro 2023 en Israël et en Slovénie, l'un des deux objectifs de Valéry Demory avec une qualification pour la Coupe du monde 2022 en Australie (du 22 septembre au 1er octobre) qui se jouera en février prochain dans un lieu encore à déterminer (mais qui ne sera pas en Belgique, pas candidate à l'organisation d'un des tournois.)