Le CIO, le Comité international olympique, s'inquiète du projet d'une Coupe du monde de football tous les deux ans appelant à une consultation plus large.
"Le CIO soutient les appels à une consultation plus large sur le projet de la FIFA pour la Coupe du monde et fait part de ses préoccupations", a communiqué l'instance olympique, rejoignant "un certain de fédérations internationales d'autres sports, mais aussi des fédérations nationales de football, de clubs, de joueurs, d'associations de joueurs et d'entraîneurs" qui ont exprimé "de fortes réserves" et fait part de leurs préoccupations.
"L'augmentation de la fréquence et les dates de tenue de la Coupe du monde créeraient un conflit avec d'autres grands événements sportifs internationaux, notamment en tennis, en cyclisme, en golf, en gymnastique, en natation, en athlétisme et en Formule 1. Cela porterait atteinte à la diversité et au développement des sports autres que le football", argumente le CIO.
"L'augmentation des événements masculins dans le calendrier sportif constituerait un défi pour la poursuite de la promotion du football féminin", ajoute encore le communiqué qui s'inquiète aussi de la santé physique et mentale des joueurs suite à la multiplication par deux de la fréquence de la Coupe du monde.
Christian Prud'homme, le patron du Tour de France, a aussi fait part de ses préoccupations expliquant que l'audience de la Grande Boucle était systématiquement en baisse les étés de Coupe du monde.
"On est inquiet des conséquences sur le monde du vélo et notre événement-phare qui est le Tour de France", avait déclaré déjà vendredi dans un entretien accordé à l'AFP David Lappartient, le président de l'Union cycliste internationale (UCI), sur la même ligne que les dirigeants du Tour.
"On le voit tous les quatre ans, il y a une petite baisse d'audience lorsqu'il y a la Coupe du monde", a souligné le président de l'UCI. "C'est un événement qui, par son poids énorme, attire des investisseurs et par définition cela a des conséquences sur les autres sports".