Etincelant avec le Club de Bruges depuis le début de la saison, Charles De Ketelaere attendait son heure avec les Diables Rouges. Face à l’Italie, le Brugeois a saisi sa chance et a illuminé la rencontre.

« Un rêve d’enfant est devenu réalité. » A l’issue de la rencontre perdue face à l’Italie dans la petite finale de la Ligue des Nations, Charles De Ketelaere était peut-être le plus heureux des malheureux du jour. Le Brugeois venait en effet d’honorer sa première cap avec l’équipe nationale. Certes, le contexte n’était pas des plus joyeux pour une première, mais King Charles a réussi à marquer les esprits.

Monté à l’heure de jeu en même temps que Kevin De Bruyne, De Ketelaere a permis aux Belges d’y croire à nouveau en inscrivant un but à la 86e minute de jeu. Sur un service de KDB – qui d’autre ? – la Gazelle n’a pas tremblé face à Donnaruma. Malheureusement, les Diables n’ont pas réussi à planter un deuxième but.

Entre les jambes

Arrivé face au géant italien du Paris Saint-Germain, Charles De Ketelaere a eu le temps d’analyser la situation. Certains auraient trop réfléchi pour finalement manquer lamentablement leur occasion. Mais CDK n’est pas de ceux-là. Le temps dont il disposait lui a permis de bien observer la situation dans laquelle il était pour opérer le meilleur choix : tirer entre les jambes de Donnaruma.

« Oui, c’était mon but de tirer entre ses jambes. J’avais aperçu Yannick et Michy à ma gauche, mais ils étaient entourés de défenseurs. Quand j’ai vu que les jambes de Donnaruma étaient écartées, je n’ai pas hésité. Il faut rester calme et ne pas stresser », expliquait le joueur.

Bientôt titulaire ?

Les prochains matchs des Diables Rouges auront lieu en novembre avec la fin des qualifications pour la Coupe du Monde 2022. Notre équipe nationale sera peut-être déjà qualifiée si le Pays de Galles ne l’emporte pas en Estonie ce lundi soir. Mais si ce n’est pas le cas, c’est face à ces mêmes Estoniens que la Belgique jouera son ticket, le 13 novembre à domicile.

Y verra-t-on Charles De Ketelaere dans la peau d’un titulaire ? Avec ce que le joueur a montré dimanche, et comparé à ce que d’autres ont montré, l’idée n’est pas saugrenue et viendrait récompenser ses belles performances brugeoises tout en amorçant la relève en vue de la future Coupe du Monde.

Roberto Martinez a toutefois rappelé qu’il ne fallait pas brûler les étapes avec Charles De Ketelaere. Mais sans manquer de respect à l’Estonie, cette équipe est peut-être justement l’occasion de le lancer dans le onze de base.