La Belgique panse ses plaies après le match contre la France. Après que les Belges aient entamé la deuxième mi-temps avec une avance de 2-0, les choses se sont complètement gâtées. La France a remporté le match 2-3 et les Belges ont connu une nouvelle désillusion. Pas de finale de Nations League pour les Diables.

Le match avait bien commencé avec un Kevin De Bruyne qui forçait Hugo Lloris à faire un arrêt fantastique après quelques minutes seulement, tandis que Kylian Mbappé était dangereux de l'autre côté du terrain. Après cela, le match a été équilibré et la Belgique a très bien tenu en échec les champions du monde. En fin de première mi-temps, les Diables Rouges devenaient de plus en plus forts et Yannick Carrasco mettait les Belges aux commandes à Turin. Depuis le flanc, il rentrait dans le jeu et plaçait une frappe croisée qui ne laissait aucune chance à Lloris. La France n'est nulle part et la Belgique poursuit. Romelu Lukaku a doublé la mise grâce à une frappe puissante dans le plafond du but, juste avant la mi-temps.

Tout le monde pensait que la Belgique se dirigeait vers la finale de la Nations League. La France était peu dangereuse et la Belgique était forte. En défense, aucun problème à signaler, Kevin De Bruyne a régné sur le milieu, Eden Hazard a montré par moments des éclairs de ce qu'il avait de mieux à offrir et Lukaku a été comme toujours : très fort.

Après la pause, cependant, les choses ont complètement dérapé. La France s'est montrée beaucoup plus vive, a mis plus de pression et a montré qu'elle est une machine quand elle est bien lancée. Les Diables Rouges ont dû reculer et Thibaut Courtois a dû intervenir de plus en plus, tandis que notre arrière-garde a eu de plus en plus de difficultés. Karim Benzema a fait 1-2 sur une belle frappe. Il est parvenu à se défaire de la défense des Diables et a donné de l'espoir aux Bleus.

Euphorie et frustration en cinq minutes

La Belgique ne pouvait guère attaquer, et Axel Witsel et Youri Tielemans avaient un rôle primordial dans le milieu de terrain. Tielemans - qui connaît une sérieuse baisse de forme - a cafouillé, perdant un ballon facile. Il a tenté de réparer son erreur par la suite mais en donnant un coup de pied à Antoine Griezmann dans la surface de réparation il a provoqué un pénalty. La VAR est intervenue et après avoir revu les images, l'arbitre Daniel Siebert a accordé le coup de pied de réparation. L'insaisissable Mbappé l’a converti avec beaucoup de talent : 2-2 après 69 minutes.

La France a levé le pied et Martinez a fait entrer Hans Vanaken et Leandro Trossard à la place de Youri Tielemans et Eden Hazard. Martinez n'a rien fait tactiquement pour répondre à la France. La réponse aurait aussi dû venir depuis le banc. Les joueurs et le coach n'ont pas répondu en seconde mi-temps.

Pourtant, la Belgique - grâce à la classe individuelle de certains joueurs offensifs - aurait pu atteindre la finale. De Bruyne a lancé un tir puissant vers la cage de Lloris, qui a de nouveau effectué un arrêt réflexe brillant. De l'autre côté du terrain, le Belge garde son sang-froid, et à la 86e minute, c'est la fête. Carrasco a bien centré et Lukaku a bien dévié le ballon : 3-2 ! Le VAR est cependant intervenu et a vu que "Big Rom" était hors-jeu d'un orteil. Le coup de grâce français est tombé à la 90e minute. Sur une reconversion rapide depuis le flanc droit, les Français ont, après un mauvais dégagement d’Alderweireld, vu Hernandez envoyé une frappe croisée puissante : 2-3. La Belgique était dans les cordes et c’est la France qui validait son ticket pour la finale. La Belgique devra se contenter d'un match de consolation contre l'Italie, mais personne n'est d'humeur à cela.

Comme contre l'Italie

Encore une occasion manquée pour remporter un trophée et encore cette fichue France qui bloque les portes du paradis, comme lors de la Coupe du monde 2018. Où cela a-t-il mal tourné ? La France est passée à la vitesse supérieure après la pause et a forcé la Belgique à reculer, celle-ci ne réussissant pas à inverser la tendance. Comme contre l'Italie à l’Euro, les Belges ont été complètement débordés et surclassés pendant une mi-temps. Nous avons également vu cela se produire contre le Danemark lors du même Euro. Personne sur le terrain n'a été capable de s'adapter et Martinez n'a pas pu aider l'équipe non plus.

L'entraîneur déçu a eu une explication étonnante après la défaite contre la France. En seconde mi-temps, la différence de niveau était très grande : "C'était quelque chose de psychologique. L'équipe ne contrôlait pas ses émotions et n'a donc pas fait ce qu'il fallait. Les joueurs voulaient être en finale le plus tôt possible. Ils n'étaient plus concernés par le match", a-t-il déclaré après la rencontre.

 

Suivez la petite finale entre l’Italie et la Belgique dès 14h sur RTL-TVI, et où que vous soyez sur pickx.be ou grâce à l’app Proximus Pickx. Via TV Replay, vous pouvez regarder le programme jusqu'à 36 heures plus tard et via le site ou l'application jusqu'à 7 jours plus tard quand vous le souhaitez !