One day, one goal : Taiwo enflamme le Vélodrome avec un but stratosphérique

Il n’y a pas que les attaquants qui sont capables d’inscrire de très beaux buts. A Marseille, Taye Taiwo l’a prouvé alors qu’il jouait comme arrière-gauche. Et notamment en 2010 contre Sochaux. Le Vélodrome s’en souvient encore.

Taye Taiwo était arrivé à Marseille sur la pointe des pieds, il en est parti comme un monument. En 6 saisons, le Nigérian a arpenté son flanc gauche depuis la défense et s’est permis assez régulièrement de faire trembler les filets. Sorte de Gareth Bale africain, le joueur de l’OM maniait aussi bien le jeu défensif qu’offensif.
 
Mais parfois, c’est avec un brin de chance que Taiwo se montrait décisif pour les Olympiens. A l’image de ce 25 septembre 2010 quand une frappe en apparence ratée s’est transformée en but venu d’ailleurs. Il n’en fallait pas plus pour allumer le Vélodrome.

Débouler, centrer, marquer

Ce jour-là, Marseille joue la 7e journée de Ligue 1 à domicile et reçoit le FC Sochaux. Les Marseillais, entraînés par Didier Deschamps, sont les champions en titre et ont un statut à assumer, qui plus est à domicile. Face aux Sochaliens, les joueurs de l’OM feront le taf : une victoire 2-1. L’initiateur de ce bon résultat, c’est Taye Taiwo.
 
Le flanc gauche marseillais décide de partir dans un raid dont il a le secret. Ballon au pied, le Nigérian s’attaque au camp sochalien le long de la ligne. Nous sommes à la 19e minute et le Vélodrome s’apprête à vivre un moment d’anthologie. Taiwo, bien excentré sur le côté gauche du terrain, allume la mèche et envoie le cuir directement dans le but. Une frappe en cloche qui surmonte le gardien pour venir faire trembler les filets.

Voulu… pas voulu…

Cette frappe magistrale fait 1-0. Taiwo est heureux comme un enfant et explique à l’issue du match que c’était exactement ça qu’il voulait faire. On pourrait alors croire que le joueur de Marseille a eu le nez fin, mais la vérité est différente et Taiwo l’avouera un peu plus tard dans la soirée en expliquant avoir surtout eu de la chance dans son malheur.
 
« Non, je n’ai pas fait exprès. Je voulais centrer pour Gignac, car on était en mouvement », a-t-il expliqué à l’époque, et avec son légendaire sourire, au micro de Jour de Foot.

Une carrière bizarre

Pour Taiwo, ce but sonnait aussi comme un chant du cygne. Sa saison 2010-2011 avec l’OM sera en réalité sa dernière à haut niveau comme titulaire. En fin de saison, il part à l’AC Milan et espère faire son trou en Italie. Mais la réalité sera bien différente. Avec les Rossoneri, il ne dispute que 8 rencontres.
 
Pour lui, la suite ressemble à un véritable chemin de croix avec des choix de club plus spéciaux les uns que les autres. Après Milan, il part en prêt à QPR et au Dynamo Kiev. Ensuite, directement la Turquie et Bursaspor. Puis la Finlande, la Suisse, la Suède, à nouveau la Finlande, Chypre, les Etats-Unis et, depuis cette saison l’Italie à nouveau. A 36 ans, Taiwo en est à 10 ans d’errance.
 
Fan de notre série ? Retrouvez le coup du scorpion de Pablo Hernandez.
 

 

Ligue 1

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top