Une sélection des Diables Rouges qui manque d’équilibre ?

Diables Rouges | Vendredi, Roberto Martinez a annoncé les noms des 24 joueurs qui formeront le groupe appelé à disputer la Nations League. Un groupe qui soulève quelques questions, et plus précisément sur l’équilibre des choix de l’Espagnol.

De Proximus

Partager cet article

Qualifiée de compétition en chocolat par beaucoup, la Nations League n’en reste pas moins une compétition officielle avec un trophée à aller chercher. Pour les Diables, qu’on présente à chaque tournoi comme l’un des favoris, il serait bienvenu d’enfin remporter quelque chose, sans quoi nous resterons éternellement avec des regrets.
 
En demi-finale, c’est à la France que notre pays sera opposé. Le match de ce jeudi 7 octobre (20h45) sera suivi avec attention. L’envie est grande chez les supporters (mais aussi chez certains joueurs) de prendre une revanche après la demi perdue en 2018 à la Coupe du Monde. Roberto Martinez a pour cela sélectionné 24 joueurs. S’il n’y a pas vraiment de débats sur les noms choisis, on se pose tout de même certaines questions sur les choix du sélectionneur, en particulier en ce qui concerne la défense et l’attaque.
 
Pas assez de profondeur devant ?
 
Depuis qu’il est à la tête des Diables Rouges, et à l’exception de son premier match contre l’Espagne, en 2016, Roberto Martinez a toujours utilisé le même système : le 3-4-2-1. La seule pointe de l’attaque est quasi toujours occupée par Romelu Lukaku. Mais alors que d’habitude l’entraîneur des Diables Rouges faisaient appel à trois hommes, il a décidé de n’en prendre que deux pour ce Final Four de la Nations League : Romelu Lukaku et Michy Batshuayi.
 
C’est un choix risqué, car pour peu que l’un des deux se blesse ou soit suspendu pour le second match (finale ou match pour la troisième place), l’équipe se retrouverait déjà en sursis à ce niveau-là. Christian Benteke n’a pas été retenu alors qu’il dispose d’un profil différent et intéressant. On sait que Lukaku se blesse très peu et est capable d’enchainer les matchs sans problème, mais attention, cela pourrait nous jouer un sale tour.
 
Un risque en défense ?
 
Le questionnement est plus grand en défense. Avec trois défenseurs centraux dans son système, Roberto Martinez pourrait avoir besoin d’une certaine profondeur en cas de problème. Mais l’ancien coach d’Everton s’est limité à 4 noms pour ce secteur : Jason Denayer, Toby Alderweireld, Dedrick Boyata et Jan Vertonghen. A l’inverse, il a sélectionné 5 hommes pour les deux postes de flancs.
 
Certes, Leander Dendoncker est aussi capable de jouer en défense centrale, et Axel Witsel l’a déjà fait avec Dortmund, mais là aussi on se demande s’il était bien opportun de réduire autant sa quantité de cartouche, surtout dans un secteur qui n’est pas le plus performant depuis un certain temps. Un Sebastien Bornauw n’aurait par exemple pas fait tâche pour apporter une solution supplémentaire. Martinez a visiblement surtout misé sur la quantité dans le milieu de terrain. Un choix calculé, pour lequel on peut lui faire confiance. Mais en football, rien n’est jamais écrit à l’avance. Espérons que le choix soit payant, sans quoi les critiques seront énormes.
 
Suivez la rencontre entre la Belgique et la France ce jeudi 7 octobre dès 19h50 sur RTL-TVI.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top