Les matchs de légende : quand Zlatan Ibrahimovic fait arrêter un match de Paris

Ovationner un joueur quand il monte ou quitte le terrain, c’est classique. Mais arrêter un match en cours pour ovationner un joueur qui est toujours sur la pelouse, c’est de l’ordre de l’exceptionnel. Et ça, Zlatan Ibrahimovic l’a provoqué.

En 2016, Zlatan Ibrahimovic faisait ses adieux au Paris Saint-Germain et au Parc des Princes à l’occasion d’une dernière journée de championnat contre le FC Nantes. A l’époque, on pensait que l’attaquant pourrait mettre un terme à sa carrière ou du moins la poursuivre calmement, dans un club de moindre envergure. Pourtant, un peu plus de 5 ans plus tard, Ibra fait le bonheur de l’AC Milan et vient d’être rappelé avec la Suède, à 40 ans.
 
A l’époque, ce dernier match avait été l’occasion pour le club et les supporters de fête leur star. Ils n’avaient pas lésiné sur les moyens pour célébrer le Suédois. En tribune, des masques à l’effigie d’Ibra avaient été distribués, le joueur avait eu droit à une haie d’honneur pour son entrée sur la pelouse, avant qu’on interrompe carrément le match.

Match arrêté pour être applaudi

A la 10e minute de jeu, l’arbitre siffle un coup franc en faveur des Nantais mais demande à ceux-ci de patienter. Le speaker du Parc des Princes prend alors la parole pour demander à tout le stade d’ovationner le numéro 10 du PSG. Et le public de s’exécuter, une minute durant, pour dire une dernière fois merci à celui qui a définitivement fait entrer Paris dans une autre dimension.
 
C’est la première fois qu’un match est arrêté pour permettre un tel geste. Le 25 mars de la même année, le match Pays-Bas – France y avait aussi eu droit, à la 14e minute, mais pour rendre hommage à un disparu : Johan Cruyff. Jamais encore on ne l’avait fait pour un joueur vivant, et toujours au club qui plus est. Un geste qui correspondait finalement bien à l’égo du Scandinave.

Avare en sentiments, le Suédois appréciait très certainement le geste, lui dont l’estime de soi n’a d’égal que sa capacité à marquer. Mais il ne le montrait pas. Seul sur la pelouse, il restait de marbre, ne laissant rien transparaitre. Un contrôle total de ses émotions pour ne pas sortir de son match. La joie, il l’exprimerait plus tard, à l’issue du match, au moment de fêter le titre parisien.

Venu comme un roi, parti comme une légende

Moins de 10 minutes après cette ovation incroyable, Ibrahimovic se permettait d’ouvrir la marque, de la poitrine, comme pour marquer encore un peu plus le club de son empreinte. Un 37e but de la saison qui, à l’époque, venait s’ajouter aux plus de 150 déjà inscrits pour le club et qui faisait de lui le meilleur buteur de l’Histoire du PSG.
 
Le départ de Zlatan consacrait un joueur qui avait réussi à mettre tout le monde d’accord. Sur Twitter, il avait annoncé son départ d’une manière très zlatanesque en écrivant tout simplement : « Je suis arrivé comme un roi, je m’en vais comme une légende. » Et impossible de lui donner tort, encore aujourd’hui.
 
Fan de notre série ? Revivez la dernière en championnat avec la Juventus de Del Piero.
 

Ligue 1

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top