Les débuts de Messi en Ligue des champions pour le PSG ont eu lieu il y a quelques semaines et ont accouché d'une souris. Cette semaine, Manchester City se déplace au Parc des Princes et tout monde sera curieux de voir si Messi se sentira plus à l’aise parmi les stars du foot européen. C'est nécessaire, car les débuts de la Pulga à Paris ont été difficiles.
Le PSG et Manchester City ont tous deux remporté leurs derniers matchs avant de retrouver la Ligue des Champions. Le PSG s'est imposé sans forcer à Montpellier (2-0), tandis que Manchester City a battu Chelsea grâce à un but de Gabriel Jesus (1-0).
 
Kevin De Bruyne était une fois de plus titulaire pour les Citizens. Le médian a serré Romelu Lukaku dans ses bras avant et après le match, au milieu du terrain de Stamford Bridge. Ce qui s'est dit entre les deux copains, seuls eux le savent, mais nous soupçonnons que Lukaku, lors de la dernière accolade, a donné à Kev quelques conseils pour arrêter la ‘MNM’, Mbappé, Neymar et Messi : "Fais comme ça et tout ira bien."
 
Paris sans Messi et sans forcer
 
Comparé à un dieu vivant, Messi semblait pourtant être bien un mortel ce week-end puisqu’il n’était pas présent lors du match contre Montpellier. Un genou douloureux a poussé le staff technique de Paris à ne pas prendre de risque avec lui. La preuve que l’Argentin est bien humain après tout.
 
Dans le sud de la France, à une heure de vol à peine de Barcelone, Messi a pu voir comment ses équipiers ont rendu le match facile, en particulier les milieux de terrain. Angel Di Maria a fait oublier l’ancien du Barça, tandis qu’Idrissa Gueye ouvrait la marque avant que Julian Draxler ne conclue le tout (0-2). Il ne faut cependant pas tirer de grandes conclusions de ce match. Montpellier n’a pas offert une grande résistance, et Paris n’a pas particulièrement brillé non plus.
 
Encore des réglages à faire
 
Messi semble également avoir du mal à s’adapter pour le moment. Le PSG et le Barça, c’est totalement différent pour lui. À Barcelone, l'équipe tournait autour de lui, mais à Paris, on n'est pas impressionné par un monument de plus ou de moins. On demande à Messi de marcher au pas, ce à quoi l'Argentin doit s'habituer.
 
Messi aurait reçu la consigne de d’abord penser à l’équipe et non à lui-même : "Nous payons, donc nous déterminons", entend-on en bord de Seine. L'entraîneur du PSG, Mauricio Pochettino, s'en est fait l'écho après avoir sorti Messi en cours de match, il y a quelques semaines, lors du duel contre Lyon. Messi n'a pas caché sa déception. "Je décide qui sont les onze joueurs qui sont sur le terrain", a déclaré Pochettino après coup. "Certains seront satisfaits de cela et d'autres non".
 
De son côté, Pep Guardiola, l'ancien mentor de Messi et entraîneur de Manchester City, peut se rendre à Paris en toute confiance. Son équipe vient de gagner contre le vainqueur de la Ligue des champions (1-0), voit Kevin De Bruyne de mieux en mieux et forme un groupe solide. Peut-être qu'à l'instar de Lukaku et De Bruyne, il échangera quelques accolades avec son fils prodigue, Lionel Messi, et murmurera à son tour : "Ça va aller, Leo".
 
Le programme de la deuxième journée du mardi 28 septembre de la Ligue des champions :