C’est l’image qui fait actuellement le tour du monde. Lors d'un match de l'Inter Moengotapoe, originaire du Suriname, contre le club hondurien du CD Olimpia, Ronnie Brunswijk était de la partie. Cet homme de 60 ans est le vice-président du Suriname et propriétaire de la formation de Moengotapoe.
Mardi dernier, l'Inter Moengotapoe a dû disputer un match de la Ligue de la CONCACAF, un tournoi au cours duquel six billets sont distribués pour participer à la variante nord-américaine de la Ligue des champions. Seuls les clubs d'Amérique centrale et des Caraïbes sont autorisés à participer à cette compétition.
 
L'importance du tournoi était donc assez grande, a dû penser Ronnie Brunswijk. L'homme est vice-président du Suriname depuis 2020 et propriétaire du club Inter Moengotapoe depuis des années. Brunswijk a joué pour l'Inter Moengotapoe dans le passé et a également été actif en tant qu'entraîneur, président et maintenant depuis un certain temps en tant que propriétaire du club. Pour ses 60 ans, il a décidé de jouer le match important contre le CD Olimpia.
 
Avec son fils Damian
 
Les images de Brunswijk ont rapidement fait le tour du monde et la surprise sur les réseaux sociaux était énorme. Lors du match contre l'Olimpia, il s'est non seulement offert une place dans le onze de base, mais a également porté le brassard de capitaine. Il a aussi accordé à son propre fils Damian une place dans l'équipe de départ.
 
L'acte de présence remarquable de Brunswijk n'a cependant servi à rien. Le vice-président a été remplacé après un peu moins d'une heure alors que l'équipe était menée 0-3. Le match a finalement été perdu 0-6 à domicile contre Olimpia.
 
Début de l'enquête
 
Il n'est pas surprenant que la fédération nord-américaine de football, la CONCACAF, ne soit pas amusée par cet incident. La fédération a annoncé qu'elle ouvrait une enquête sur cette farce. Il faut dire que Brunswijk aurait également proposé de l'argent à ses adversaires à la mi-temps.
 
La North American Football Association a déclaré dans un communiqué qu'elle était extrêmement préoccupée : "Il y a des questions qui touchent à l'intégrité du sport. Nous entamons donc une procédure intensive et officielle pour savoir ce qui s'est passé exactement", a déclaré l'organisation.
 
La semaine prochaine, le match retour aura lieu au Honduras. Ronnie Brunswijk, qui n'est pas autorisé à quitter le Suriname, ne sera cette fois-ci pas de la partie. Il est, en effet, sur la liste d'Interpol pour des crimes commis liés à la drogue. L'homme politique a déjà beaucoup de problèmes. Outre le trafic de drogue, il aurait également dévalisé plusieurs banques dans sa jeunesse. On raconte de surcroît que Brunswijk a eu pas moins de cinquante enfants. Quoi qu'il en soit, il a maintenant une ligne supplémentaire à son CV. Sa bonne heure de jeu contre Olimpia a marqué ses débuts en tant que footballeur professionnel.