Alors que les rumeurs de départ de Ronald Koeman se font de plus en plus insistantes au FC Barcelone, beaucoup affirment que le sélectionneur des Diables Rouges Roberto Martínez pourrait bien être le prochain à s'asseoir sur le banc du club catalan.
En pleine tempête. À nouveau tenu en échec par la modeste équipe de Grenade cette semaine en Liga, le FC Barcelone ne semble pas vraiment voir d'éclaircie dans la grisaille qui s'est installée en Catalogne depuis maintenant plusieurs mois. Après le départ de nombreux cadres, dont celui symbolique de Lionel Messi, le prochain a quitté le bâteau blaugrana pourrait bien être l'entraîneur en chef Ronald Koeman. Conspué de toutes parts, le Batave n'aurait plus la confiance de son président Joan Laporta qui serait enclin à faire appel à un certain Roberto Martínez pour le remplacer.

En balance avec Xavi

Si dans le football tout va très vite, il est difficile d'imaginer comment la situation du FC Barcelone pourrait évoluer positivement dans les semaines qui viennent. En plus de résultats décevants, le tacticien néerlandais est critiqué pour son fond de jeu quasi inexistant dans un club qui a dominé le monde du ballon rond pendant des années grâce, justement, à ses qualités de placement. Aujourd'hui, ce temps-là est bien révolu et Ronald Koeman ne semble pas vraiment vouloir se remettre en question. "Une fois de plus, le Barça d’aujourd’hui n’est pas le Barça d’il y a huit ans. Si l’on regarde la liste des joueurs convoqués, qu’est-ce que j’aurais dû faire de plus ? Jouer en tiki-taka (jeu de passes courtes, NDLR) alors qu’il n’y avait pas d’espaces ? Non, on a fait ce qu’il fallait faire", a-t-il notamment déclaré à l'issue de la contre-performance face aux Andalous.

Malgré un effectif décimé et un mercato compliqué, le FC Barcelone a tout de même un groupe capable de dominer la plupart des équipes de Liga et de proposer autre chose dans le jeu. Du moins, c'est ce que pensent la majorité des supporters et le club dans son ensemble. Joan Laporta s'est donc donné le temps de la réflexion pour savoir si son coach était encore l'homme de la situation. Pour le remplacer, plusieurs noms circulent dont l'ancien chouchou du Nou Camp, Xavi Hernandez, mais aussi, donc, le sélectionneur des Diables Rouges Roberto Martínez. Une rumeur qui revient d'ailleurs très souvent en Catalogne depuis que l'Espagnol performe avec la Belgique.

Une réponse après le Final Four ?

Si Roberto Martínez n'a jamais caché son envie d'entraîner à nouveau en club dans les années à venir, le natif de Balaguer, en Catalogne, a aussi le sens du devoir. Investi dans de nombreuses sphères en Belgique, il a toujours eu cette volonté d'aller jusqu'au bout avec son employeur. Selon les informations de Het Laatste Nieuws, le sélectionneur pourrait prendre une décision après avoir disputé le Final Four de la Ligue des Nations en octobre. En attendant, l'intéressé s'est exprimé à ce sujet sur Eurosport : "Comme vous pouvez l’imaginer, il n’y a rien, vraiment rien, à commenter de mon côté. Il y a toujours des rumeurs. C'est normal en football. Quand vous perdez trois matches, les rumeurs disent que vous allez perdre votre travail. Quand ça va bien et que vous avez de bons résultats, il y a aussi des rumeurs. Mais il n'y a rien à commenter me concernant à ce moment."

Du côté de l'Union belge, on s'attend à ce que Roberto Martínez reste au moins jusqu'à la Coupe du monde 2022 qui aura lieu dans un peu plus d'un an. Après avoir emmené son groupe si haut, et si proche du but, il serait étonnant de voir partir le tacticien juste avant, peut-être, l'ultime chance de notre génération dorée dans un grand tournoi. L'opportunité de coacher un grand club comme le FC Barcelone, où il est né, ne se représentera peut-être toutefois jamais. Un choix cornélien se présentera donc au Catalan dans un avenir de plus en plus proche si les Blaugranas frappent à la porte.

Suivez la Liga tout au long de la saison, y compris la rencontre Cadix - Barcelone ce jeudi à 22h, sur les chaînes d'Eleven Sports, disponibles dans le forfait All Sports de Proximus.