L'Excel Mouscron a complètement loupé son début de saison. Avec un seul petit point pris en 5 matches, les troupes d'Enzo Scifo occupent la dernière place du classement, loin des espoirs du club, encore en D1A la saison passée. Le parcours des Hurlus ressemble étrangement à celui de Lokeren lors de la saison 2019/2020. En espérant que cela ne finisse pas aussi mal...
 
Le parallèle avec Lokeren

Comme le Sporting Lokeren avant lui, le RE Mouscron a choisi de construire son équipe avec des joueurs qui sont des valeurs sûres en D1A mais qui n'ont pas la moindre expérience de la D1B. Or, l'antichambre de l'élite est une série très particulière, où un beau pédigrée à l'échelon supérieur n'es pas une garantie de réussite.
 
Sur papier, l'Excel Mouscron semblait très solide à la fin du mercato avec des joueurs comme Lepoint, Tainmont, Mandanda, Chevalier (arrivé en dernière minute), Taravel, Bourdouxhe ou Diandy. Mais sur le terrain, la mayonnaise n'a pas encore vraiment pris, malgré le léger mieux contre le RE Virton, samedi soir.
 
Les hésitations de Scifo
 
Tout comme Glen De Boeck à Lokeren, Enzo Scifo semble ne pas encore avoir trouvé son équipe-type et les 5 premières journées de championnat ont ressemblé à un passage en revue de son noyau avec pas moins de 26 joueurs utilisés jusqu'ici (Lokeren en avait utilisé 27). Mouscron a aligné plus de joueurs différents que n'importe quel autre équipe de D1B lors des 5 rencontres initiales. Pas évident de trouver une certaine stabilité dans ces conditions.
 
Avec ce 1/15 initial, Mouscron est exactement dans la même situation que Lokeren en 2019/2020 et les Waaslandiens avaient achevé le championnat à la dernière place avec 20 points en 28 matches. On espère pour les Hurlus que la comparaison s'arrêtera là, car après cette saison désastreuse, Lokeren avait fini par disparaître du paysage pro belge, miné par les dettes et les difficultés financières. Après une fusion avec Temse, ce qu'il reste de Lokeren végète aujourd'hui en Nationale 2A, aile néerlandophone. Et le Daknam n'a plus que ses yeux pour pleurer la belle époque...
 
Année de transition
 
Aujourd'hui, les ambitions du club hennuyer doivent évidemment être rangées au placard. Interrogé par la RTBF, Enzo Scifo, affirmait récemment même qu'il jamais été question de parler de titre au Canonnier. "Quand je suis arrivé, il y avait 12 joueurs, comment peut-on imaginer jouer la tête dans ces conditions? Pour moi, c'est très clair, c'est une année de transition et il faut monter l'année prochaine", soulignait-il. "Le titre, je ne veux pas en entendre parler. Ce n'est pas un manque d'ambition, c'est du réalisme.", concluait-il.