Excellent ces deux dernières saisons du côté de Paris, Keylor Navas a vu son club lui mettre un autre gardien dans les pattes cet été, et pas des moindres. Le PSG s’est offert les services de Ginaluigi Donnarumma.
Avoir un très bon gardien est une nécessité dans une équipe de foot puisqu’il est le dernier rempart. Dans l’idéal, avoir un deuxième bon gardien qui peut jouer au pied levé quand le numéro 1 n’est pas disponible est aussi une bonne chose. Mais avoir deux très bons gardiens, est-ce un bon calcul ? Sur le plan des qualités pures, oui, mais dans la gestion de groupe cela peut vite devenir compliqué.
 
Paris a fait ce choix. Les Franciliens disposaient déjà de l’excellent Keylor Navas, mais ils ont saisi l’opportunité de recruter gratuitement Gianluigi Donnarumma cet été. L’ancien gardien de l’AC Milan a donc rejoint Paris, tout auréolé de son titre de meilleur joueur du dernier Euro. Alors que Paris se déplace à Metz en ce milieu de semaine, on ne sait pas encore qui sera entre les perches. Ni dans le futur.

Pas de hiérarchie

Si Navas a débuté la saison comme titulaire, notamment en Champions League face au Club de Bruges, rien ne dit que ce sera encore le cas pour la suite. L’entraineur de Paris, Mauricio Pochettino, n’a pas établi de hiérarchie claire entre les deux portiers. « Dans le football, tout est possible. J’ai pris cette décision pour ce match et on verra match après match selon les états de forme », a-t-il déclaré à l’issue de la rencontre de C1.

On pourrait (devrait ?) donc avoir droit à une tournante entre les deux hommes au fil des compétitions et des matchs. Rien ne dit pour le moment que Navas sera le numéro 1 en Champions League tandis que l’Italien jouera lui plutôt les rencontres de coupes ou de championnat. Mais vu le statut des deux hommes, on peut imaginer qu’ils voudront jouer un maximum de matchs.

Donnarumma pour préparer le futur

La venue de Gianluigi Donnarumma avait évidemment de quoi étonner vu la saison XXL réalisée par Keylor Navas. Mais l’international Costaricien aura 35 ans fin d’année et Paris pense déjà au futur même si son contrat va jusqu’en 2024. Donnarumma est en effet bien plus jeune puisqu’il n’a que 22 ans, avec un contrat jusqu’en 2026. L’Italien est donc le futur. 

Mais attention à la gestion des deux hommes d’ici là. On se souvient que la cohabitation entre Marc-André ter Steggen et Claudio Bravo au Barça n’avait pas été des plus calmes. Même chose chez nous avec la tournante à Anderlecht entre Silvio Proto et Daniel Zitka. Deux gardiens de grande stature finissent généralement par se lasser de ce système. Il ne faudrait pas qu’une guerre d’égo se déclenche entre les deux gardiens, au risque de miner l’ambiance au sein du vestiaire, avec les conséquences que l’on sait possible sur les résultats.