Mbo Mpenza et Enzo Scifo ont rencontré les supporters de l'Excel Mouscron, hier. Le manager a lié son destin à celui de son entraîneur. Une prise de position risquée car la position du duo est désormais dépendante des résultats sur le terrain. Attention au retour de flamme si l'électrochoc ne fait pas ses effets face à Virton, samedi soir...
 
L’Excel Mouscron s'est offert un véritable ballon d'oxygène, mardi soir, avec la qualification en Coupe face aux modestes pensionnaires de Nationale du KVK Wellen (3-1). Jeudi, Mbo Mpenza et Enzo Scifo sont allé au contact des groupes de supporters hurlus afin de préciser les contours du projet du club cette saison. Et afin de répondre à la légitime inquiétude des fidèles du Canonnier, après le départ catastrophique en championnat et les remous qui ont entouré la démission du T2, José Jeunechamps. 
 
Mbo Mpenza ne cache évidemment pas que le bilan comptable du club est très insuffisant, avec un 0 sur 12 qui a rejeté l'Excel dans les profondeurs du classement. Mais il souhaite nuancer ces chiffres cruels, loin des objectifs annoncés. "Quand on analyse, on voit les circonstances. Ce ne sont pas des excuses mais des explications. Le noyau s’est fait tardivement à cause du budget, il y a eu le Covid deux fois. Cela a tout ralenti car la préparation a été coupée. On espérait tous un autre départ", justifie-t-il.
 
Le manager du club est aussi monté au front pour prendre la défense d'Enzo Scifo et renouveler sa confiance à son entraîneur, parfois attaqué frontalement ces derniers jours. "Enzo est là et il restera tant que je le suis. Quand j’entends que ce n’est pas un bosseur, c’est qu’on ne le connaît pas. Être un bosseur, ce n’est pas être ici de 5 h à 23 h, c’est connaître le football. Et Enzo le connaît", a-t-il dit martelé, balayant ainsi les critiques implicites de José Jeunechamps au moment de présenter sa démission. 
 
Mbo Mpenza a également précisé les ambitions du club à moyen et long terme. "On sait qu’on peut faire mieux avec le noyau qu’on a construit. (...) Je ne dis pas qu’on jouera le titre. Tant mieux si on y arrive. Mais on n’a jamais dit que ce serait certain pour cette saison. (...). Il faut se souvenir qu’à l’Union, Louvain ou au Cercle, cela a pris du temps", a-t-il indiqué.
 
Quant à Enzo Scifo, il a plaidé la patience dans un milieu, le football, qui en manque terriblement. "Je veux comprendre pourquoi tout est remis en question après quelques matchs alors qu’on connaît la difficulté du projet."  Enzo prône les vertus du travail pour inverser la tendance, en attendant des lendemains qui chantent. "L’année prochaine, je suis prêt à me mouiller et dire qu’on jouera le titre. En attendant, même si c’est difficile, je vais vous promettre qu’on va se sortir de cette situation."

Une promesse qu'il faudra commencer à tenir, samedi au Canonnier, avec la réception du RE Virton, qui compte actuellement 4 points de plus que l'Excel au classement. Un match crucial, ce ne sont pas Mpenza et Scifo qui diront le contraire.