Médaillé d'or, le combattant de sambo Stsiapan Papou porte son adversaire blessé

En 2015, le Biélorusse Stsiapan Papou était l’auteur d’un superbe geste de fair-play envers son adversaire en finale de la compétition de Sambo aux Jeux européens de Bakou.

C’est l’une des images qui avait marqué la première édition des Jeux européens disputés à Bakou, en Azerbaïdjan, il y a six ans. Le combattant de sambo biélorusse Stsiapan Papou y avait suscité l'admiration grâce à un magnifique geste de sportivité.

Le sambo est un art martial et un sport de combat créé en URSS dans les années 1930, mélangeant principalement le judo, la boxe et la lutte. Le mot "SAMBO" est l’acronyme de SAMozashchita Bez Oruzhiya, qui se traduit littéralement par "autodéfense sans armes" : il se voulait une fusion des techniques les plus efficaces d'autres arts martiaux.


Blessé au pied

Le dernier match de la compétition oppose Papou à Amil Gasimov, originaire d'Azerbaïdjan. Champion du monde en titre à l'époque, ce dernier fait office de favori à la médaille d'or. Mais, contre toute attente, c’est l'athlète biélorusse qui va prendre le meilleur sur Gasimov grâce à un mouvement qui a mis l’Azéri dans une situation délicate. Au sol et blessé au pied, il ne parviendra pas à se défaire du piège tendu par Papou, déclaré vainqueur.

Souffrant, Gasimov reste cloué au sol de longues secondes, avant de se relever péniblement. Après avoir brièvement fêté sa victoire, le Biélorusse se dirige vers son adversaire pour le saluer. Constatant son état, Papou l’aide à gagner le centre du tapis pour les salutations finales.

Un geste de grande classe

C'est à ce moment-là que le combattant fraîchement médaillé d’or va réaliser un geste de grande classe. Plutôt que de simplement savourer sa victoire, Papou se baisse pour porter son adversaire sur ses épaules et l’emmener hors du tapis.

"Au début, j'étais juste heureux d'avoir gagné", a déclaré Papou après coup. "Mais ensuite j'ai vu qu'il ne se relevait pas et je l'ai aidé: je voulais lui montrer mon respect. Il s'est très bien battu dans tous ses matchs, il était plein d'énergie, on voyait qu'il voulait vraiment gagner. Il ne voulait tout simplement pas abandonner."

"J'ai fait ça parce que je sais à quel point ça fait mal. J'ai déjà perdu de cette façon et je connais cette douleur", a ajouté le Biélorusse, qui a reçu les acclamations de la foule pour cette très belle marque de fair-play.

Une fois de plus... tout est possible dans le sport !

Info

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top