Cinquième de Ligue 1, l'Olympique de Marseille n'a pas manqué son début de saison. Les Phocéens, qui ont réalisé un solide mercato, semblent avoir déjà trouvé la bonne formule au contraire d'autres équipes du top. Reste à voir désormais jusqu'où peuvent aller les troupes de Jorge Sampaoli.
Derrière un Paris Saint-Germain plus que jamais hors d'atteinte, la course au podium en Ligue 1 s'annonce féroce. Favoris pour terminer dans le top-3, Monaco et Lyon se sont particulièrement bien renforcés cet été. Si le Stade rennais a consenti des efforts importants, les coéquipiers de Jérémy Doku auront, eux, toutefois du mal à se mêler à la lutte pour la Ligue des champions. Il en va de même pour le champion en titre, Lille, qui a vu la plupart de ses cadres quitter le navire. Le capitaine du bâteau, Christophe Galtier, dirigera lui l'OGC Nice cette saison. Des Aiglons qui pourraient bien être l'équipe sur qui il faut miser tant le mercato fut riche et productif sur la promenade des Anglais. Véritable énigme, comme souvent, l'Olympique de Marseille pourrait, de son côté, aussi bien briller qu'éclater en mille morceaux.

Un mercato ambitieux

Si on ne compte pas le résultat en suspens à Nice, les Phocéens réalisent pour l'instant une entame de saison prometteuse. Victorieux dans le bouillant derby à Montpellier, le club emblématique de la Canebière a ensuite partagé l'enjeu contre Bordeaux et pris le dessus au Vélodrome sur Saint-Étienne. Ce qui a surtout retenu l'attention, c'est l'apport immédiat des nouvelles recrues. À commencer par le Turc Cengiz Ünder, prêté par l'AS Rome, qui a déjà planté 3 buts en quatre rencontres sous ses nouvelles couleurs. L'attaquant américain Konrad de La Fuente, arrivé en provenance de l'équipe B du FC Barcelone, s'est également très vite acclimaté à son nouveau championnat. Les autres recrues que sont Gerson, Mattéo Guendouzi, William Saliba ou encore Luan Peres ont aussi montré pourquoi les dirigeants marseillais avaient déboursé plus de 60 millions d'euros pour les attirer.

Mais le joueur qui s'est particulièrement distingué, c'est Dimitri Payet. Déjà présent dans le sud de la France depuis 2017, le Réunionnais occupe à l'heure actuelle un rôle de "faux" numéro 9. Et le moins que l'on puisse écrire, c'est qu'il répond aux attentes. Auteur de 3 buts et d'1 passe décisive, l'ancien international français de 34 ans remplace parfaitement le Polonais Arkadiusz Milik, touché au genou et qui devrait encore être sur la touche plusieurs semaines.

Un problème à moyen terme en attaque ?

Cette situation ne peut toutefois pas durer. Depuis les départs de Valère Germain et de Darío Benedetto cet été, conjugués au transfert de Florian Thauvin au Mexique, la ligne d'attaque est devenue bien pauvre. Lors du dernier duel face aux Stéphanois, seul le jeune sénégalais Bamba Dieng, 21 ans, aurait pu suppléer Dimitri Payet. Jorge Sampaoli peut compter en ce début de saison sur l'effet de surprise mais les Marseillais devront apporter d'autres réponses quand les défenses adverses auront trouvé la parade. Face à un premier adversaire solide, l'OGC Nice, le manque de solution avait d'ailleurs déjà pu se faire sentir.

Engagé également en Europa League, Marseille pourrait bien payer son manque de profondeur sur le banc au fur et à mesure de la saison. D'autant plus que ses adversaires directs ont des effectifs bien plus fournis. L'OM occupe pour l'instant la cinquième place du classement devant Monaco et Lyon qui ont manqué leur entame de championnat. Les deux formations ont cependant retrouvé le chemin de la victoire lors de la dernière journée et tout le monde se tient encore évidemment dans un mouchoir de poche. Dans quelques semaines, quand les machines seront bien huilées, on pourra y voir un peu plus clair sur les ambitions de chacun en Ligue 1.