Titulaire à Tallinn lors du succès face à l’Estonie ce jeudi, Eden Hazard a une nouvelle fois montré que les Diables rouges pouvaient compter sur lui dans les moments difficiles. Il vaut mieux en profiter, car c’est peut-être la dernière année où on le verra porter le maillot de la sélection.

Face à l’Estonie, la Belgique a été cueillie à froid dans les premières secondes avec ce but concédé à la suite de plusieurs petites erreurs. Une nouvelle fois menés dans ces éliminatoires pour la Coupe du monde 2022 au Qatar, les Diables rouges ont pu inverser la tendance pour au final repartir avec un succès 2-5. 

Pour revenir dans la partie, les Belges ont pu s’appuyer notamment sur un homme : leur capitaine, Eden Hazard. C’est lui qui, sur un crochet et un excellent centre, sert Hans Vanaken après 20 minutes pour revenir à la hauteur des Estoniens. "Il n'a peut-être pas encore été assez décisif. Mais son centre pour Vanaken était magnifique et ça donne quand même le sentiment qu'il est de retour" estime Marc Degryse, consultant pour Het Laatste Nieuws. 

Maudite 85e minute…

On ne peut pas réécrire l’histoire, mais lorsque l’on voit Eden Hazard faire basculer un match de la sorte, on ne peut s’empêcher d’avoir des regrets par rapport au dernier Euro. Blessé en début de compétition, le numéro 10 belge est monté en rythme au fil des matches. En huitième de finale, il a été au sommet de son art face au Portugal, multipliant les dribbles, courses, appels… du grand Eden ! 

Mais cette débauche d’énergie a eu raison du physique, souvent meurtri ces dernières années, du joueur du Real Madrid qui a du quitter la partie en fin de match après une blessure musculaire à la cuisse droite. La Belgique a retenu son souffle durant quelques jours, se demandant si elle allait devoir faire sans Hazard et De Bruyne face à l’Italie. Si le second a joué, blessé, le premier a fait l’impasse. Nous connaissons la suite…

Même s’il n’était pas à 100% en juin dernier, un Eden Hazard sur un terrain, cela vous change une équipe. Sa seule présence suffit parfois à bonifier ses équipiers qu’il peut mettre dans les meilleures conditions après une simple passe qui déstabilise l’adversaire. Rappelez-vous la Coupe du monde 2018 en Russie où il a été l’un des leaders de notre sélection qui a pris la troisième place. 

Un petit tour au Qatar et puis c’est tout ?

Toute la Belgique espère que dans un peu plus d’un an, au Qatar, les Diables pourront au moins faire aussi bien qu’en Russie. Cette génération dorée court toujours en encore derrière un titre, et cette Coupe du monde semble être la dernière échéance pour pas mal de cadres de la sélection, dont Eden Hazard, comme il l’a dit cette semaine à Het Laatste Nieuws. "Jusqu'au Qatar c'est sûr. Après, je ne sais pas. Cela dépendra de mon état et de mes blessures. Il est possible que j'arrête. Le résultat de la Coupe du monde ne changera rien."

Si une éventuel arrêt de Eden Hazard en sélection doit nous peiner, il nous rappelle aussi qu’il est plus que temps d’arrêter de se poser des questions mais plutôt de profiter. Profiter du talent d’Eden qui défend les couleurs de notre pays. Nous compterons encore sur lui ce dimanche face à la République tchèque dans le match sans doute le plus important de cette phase de qualification pour le Qatar. 

Suivez les matchs des Diables Rouges face à la République tchèque (dimanche 5 septembre, 20h20) et le Belarus (mercredi 8 septembre, 20h20) en direct sur La Une ou sur Pickx.be ou l'app de Proximus Pickx. Via TV Replay, vous pouvez regarder le programme jusqu'à 36 heures plus tard quand vous le souhaitez, ou également sur le site ou l'app 7 jours après sa diffusion !