D'après une mise-à-jour fournie à HLTV par Ian Smith, commissaire de l'ESIC, 35 joueurs américains sont dans le viseur du gendarme de l'e-sport, suite aux accusations de matchs truqués qui ont fait surface. Une enquête dure maintenant depuis plusieurs mois. Plusieurs des joueurs auraient maintenant effectué une transition vers Valorant.

C'est par l'intermédiaire de son commissaire Ian Smith que l'ESIC a apporté quelques précisions sur son enquête pour matchs truqués, en cours depuis plusieurs mois en Amérique du Nord. D'après lui, ce sont près de 35 joueurs américains issus d'entre six à sept équipes qui sont maintenant sous la loupe du principal organisme anti-triche actif dans l'e-sport.

L'affaire avait démarré il y a quelques mois, avec la divulgation par le site Dust2.us d'un enregistrement audio incriminant les joueurs Sebastian « retchy » Tropiano, Kevin « 4pack » Przypasniak et Carson "nosraC" O'Reilly. Si ce dernier n'avait été écarté des circuits professionnels que jusqu'à la mi-juillet, les deux premiers ont récemment écopé d'un bannissement de cinq ans de toutes les compétitions organisées sur le FPS de Valve.

Vu le nombre d'organisations et de joueurs concernés, le travail de recherche risque de prendre du temps, selon le commissaire. La possible participation d'organisations criminelles pourrait aussi placer l'affaire entre les mains de la justice. Dans le même temps, Ian Smith a précisé que de nombreuses preuves sont déjà à la disposition des enquêteurs.

Une fuite vers Valorant ?

Sur les 35 joueurs concernés par l'enquête, plusieurs auraient depuis quitté la scène, ou entamé une transition vers le FPS de Riot Games : Valorant. À ce sujet, Ian Smith s'est voulu rassurant et a confirmé que les enquêteurs bénéficiaient de la coopération la plus totale de la part de Riot Games. Le studio californien a déjà précisé qu'il imposerait des sanctions aux joueurs présents sur sa scène afin que Valorant reste un jeu compétitif "intègre".