L’artiste de la semaine : Moli, entre pop rafraîchissante et style groovy

Cette semaine, notre rubrique ‘Artiste de la semaine’ est consacrée à la chanteuse pop Moli. Mêlant l'anglais et le français, ses compositions intimistes et universelles sont toujours terriblement catchy. Une artiste belge peu connue sur ses terres natales, qui, avec son second EP, aimerait changer la donne. 


Née d’une mère anglaise et d’un père sud-africain, Moli Irvine est originaire du sud de Bruxelles. De ses parents, elle hérite de l’humour britannique, mais surtout, d’une passion pour la musique.  Ayant déjà collaborée en tant que parolière sur des tubes tels que ‘Breaking Me ft. A7S’ de Topic et ‘Love To Go’ de Lost Frequencies, la jeune chanteuse s’est lancée en enregistrant des morceaux sous son propre nom. 

En 2018, elle marque les esprits avec son premier single ‘Didn’t Mean To’. L’année suivante, elle continue sur sa lancée avec ‘Résumé’, son premier EP.  Depuis quatre ans maintenant, l’artiste de 22 ans vit à Berlin pour y apprendre les ficelles du métier. Quelques uns de ses singles ont rencontré un franc succès sur le net : deux millions de stream l’année dernière pour ‘Something I Said’. Avec son nouvel EP ’Préface’, Moli espère bien se faire connaitre dans notre plat pays et au-delà. 


 

‘Préface’

Passant du français à l’anglais avec succès, Moli n’hésite pas à exprimer ses ressentis, ses idées, ses moments de doutes et de celles de sa génération. Influencée par les années 80, par des artistes plus actuels (Daft Punk, Prince, Christine and the Queens, Lorde, The 1975…) et des figures féministes emblématiques, elle prouve sa force tout en abordant ses failles. 

Son premier single ‘Shapeshifting’ est assez représentatif de ce mini album qui contient 7 morceaux. ‘Disconnected’, avec sa mélodie accrocheuse et son rythme précis, est fait pour rester longtemps en tête. Sans parler des sulfureux ’Jacuzzi’ et ‘Insomnia’ tout aussi envoutants. L’ensemble de l’album bénéficie d’une production maîtrisée par Chris Zane, connu pour ses collaborations avec ‘Passion Pit’, ‘Friendly Fires’ ou encore ‘Bat For Lashes’. Pour le plus grand plaisir des fans, Moli sera en concert au Botanique ce 22 septembre. 

Musique

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top