Comment John Travolta s’est réinventé après ‘Grease’ et ‘La fièvre du samedi soir’

Ce mercredi, Tipik diffuse dès 20h15 ‘L’attaque du métro 123’. Titulaire d'un des rôles principaux, John Travolta se mue ici en un dangereux criminel. Un visage bien différent de ses personnages précédents, dans les films musicaux qui l’ont rendu célèbre. Comment l'acteur s’est-il reconstruit une image après ses débuts sur le dancefloor ? Focus sur sa carrière marquée par une variété de styles et de rôles.

Dans ‘L’attaque du métro 123’, sorti en 2009, John Travolta incarne Ryder, un criminel aussi intelligent qu’audacieux. Il prend en otage une rame et tous ses passagers. Dans le métro, Walter Garber, aiguilleur, s’apprête à vivre un véritable cauchemar. Ryder, accompagné par des complices lourdement armés, réclame une rançon, sans quoi, il menace d’exécuter les voyageurs. Entre Walter et Ryder, un bras de fer commence. Un peu comme au poker, chacun a plus d’un tour dans son sac pour intimider l’autre. Une véritable course contre la montre est lancée.

Le scénario de thriller est à mille lieues des films auxquels John Travolta nous avait habitués au début de sa carrière. Dans les années 70, le public l'a découvert en tant que Danny Zuko dans 'Grease'. Avec son personnage de bad boy du lycée qui tombe amoureux de la bonne élève, il parvient à séduire le public. Il dévoile également son déhanché digne d’Elvis Presley ou de Patrick Swayze. Un an auparavant, Travolta illuminait déjà le dancefloor dans ‘La fièvre du samedi soir’. À cette époque, l'acteur semble savoir tout faire : danser, chanter, jouer la comédie.

Chute et rebond

Après quelques années de succès, la carrière de l’acteur fini par s'essouffler. Il doit alors rebondir et Quentin Tarantino lui en donne l’opportunité dans ‘Pulp Fiction’, aux côtés d’Uma Thurman. C’est le film qui relance sa carrière. Nous sommes alors en 1994. Après quoi, l’acteur utilise son visage qui n’a plus rien d’un lycéen rebelle et amoureux. Ses traits se sont durcis et il peut désormais prétendre à des rôles différents, plus profonds.

En 1997, il incarne un terroriste dans 'Volte-face, puis dans ‘L’intrus’, il nous plonge dans une intrigue criminelle palpitante. Viennent ensuite ‘L’attaque du métro 123’ ou ‘From Paris with love’, qui laissent apparaître un John Travolta reconverti en véritable badass.
La transition fut donc lente et périlleuse, mais l’acteur est parvenu à se forger un autre visage dans lequel il s'épanouit. Dernier exemple en date: le film 'Paradise City' de Chuck Russel, prévu pour 2021, qui lui donne encore un rôle musclé. 

Si vous voulez (re)découvrir John Travolta dans un costume de méchant, rendez-vous sur Tipik dès 20h15, sur Pickx.be ou l'app de Proximus Pickx. Via TV Replay, vous pouvez regarder le programme jusqu'à 36 heures plus tard quand vous le souhaitez, ou également sur le site ou l'app 7 jours après sa diffusion !

Cinéma

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top