Jour 2 au Pukkelpop: Girl power et guitares à foison

Pukkelpop |

En ce deuxième jour du festival Pukkelpopkwartier, les amateurs de shoegaze, de post-punk et de solos de guitare frivoles en auront pour leur argent. Et ce vendredi, ce sont majoritairement les femmes qui tiennent la barre.

De Proximus

Partager cet article

Alors que la journée d'ouverture fut largement consacrée au hip-hop et au rap, ce vendredi marque le retour d'un instrument qui a dominé l'affiche du Pukkelpop depuis ses débuts : la guitare

C’est Slow Crush qui ouvrira le bal à 17h30 sur le site du Muziekodroom à Hasselt. Ce groupe de shoegaze est emmené par Isa Haliday, une bassiste anglaise. Elle a choisi la Belgique comme base opératoire et a rassemblé autour d'elle d'impressionnants musiciens flamands. Slow Crush est encore relativement inconnu dans notre pays, mais est déjà régulièrement diffusé outre-Manche. Pickx leur a d’ailleurs récemment consacré un article dans la rubrique ‘Artiste de la semaine’. En préparation d'un nouvel album prévu pour cet automne, Slow Crush viendra régaler les mélomanes belges cet été, et notamment au Pukkelpop. 

 

Humour flamand et dieu de la guitare

À 19 heures, DIRK. prendra la relève. Il s’agit là encore d’une nouvelle étoile dans le ciel de la pop-rock flamande. DIRK. n’est pas, comme son nom l’indique, un seul individu, mais bien un collectif soudé de plusieurs musiciens. Leur porte-drapeau se nomme Jelle Denturck, un chanteur-bassiste de Flandre occidentale qui a commencé sa carrière comme philosophe-comédien.

En 2016, DIRK. a connu son premier succès en terminant troisième au Humo's Rock Rally. Depuis, leur ascension est fulgurante. Le groupe a notamment cartonné en radio, puisque trois de ces tubes se sont hissés dans le classement ‘De Afrekening’ de Studio Brussel, un record! DIRK. mélange des airs pop accrocheurs avec des guitares rugissantes, des paroles intelligentes et beaucoup d'humour. Une sorte de "Weezer pour les adultes", comme l'a écrit Humo.

Après ces deux groupes prometteurs, place à l'une des icônes de la scène rock belge: Mauro Pawlowski (à 20h30). Il est récemment revenu sur le devant de la scène en tant que guitariste ad interim de dEUS, groupe qu'il avait quitté voici trois ans pour se concentrer sur ses propres projets. Ces derniers temps, Mauro Pawlowski a notamment travaillé sur ‘Eternal Super Drive’, un nouvel album solo prévu pour septembre. Après un passage en néerlandais sous le nom de Maurits Pauwels, il revient avec un album en anglais. Le premier single ‘Always Someone’ est déjà une petite perle qui donne bien envie d'en savoir plus. Au Pukkelpopkwartier, une scène à domicile pour Mauro, le public aura l'occasion de découvrir le nouveau visage du dieu limbourgeois de la guitare.

 

Girl power avec Lara et Fenne

Avec Intergalactic Lovers et Whispering Sons, le Pukkelpopkwartier passera ensuite à la vitesse supérieure. Le premier groupe a de nouveaux projets, et le single ‘Bobbi’ prouve qu’il n'a rien perdu en mélodie et en puissance. La chanteuse Lara Chedraoui et ses acolytes Brendan Corbey, Maarten Huygens et Raf De Mey auront une heure pour prouver que, dix ans après leur single phare ‘Delay’, ils représentent toujours une valeur sûre de la musique rock. 

En cette deuxième journée, le "girl power" atteindra son point culminant avec Fenne Kuppens, la frontwoman du groupe post-punk Whispering Sons. La chanteuse occupe une place unique dans notre paysage musical belge. Avec sa voix sombre et ses performances énergiques, elle prend chaque auditeur à la gorge, pour ne plus le lâcher. Whispering Sons clôturera cette journée de festival (à partir de 23h50) avec un set torride pour présenter leur deuxième album ‘Several Others’, largement plébiscité.

Vous trouverez plus d'informations sur le site du Pukkelpop, mais malheureusement, tous les billets sont déjà épuisés.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top