Depuis quelques jours, l’actualité du monde du football se résume pratiquement au départ de Lionel Messi du Barça. Petit à petit, les infos tombent et on commence à y voir plus clair sur les raisons de ce séisme.

L’image a fait le tour du monde ce dimanche : celle de Lionel Messi, en pleurs lors de la conférence de presse organisée afin de lui donner une ultime fois la parole avant son départ du FC Barcelone. Durant ces quelques instants chargés en émotion, l’Argentin a expliqué avoir tout fait pour prolonger son bail en Catalogne. 

"La Liga a bloqué, j’ai tout fait pour rester au Barça. L’année dernière, je voulais partir. Mais j’ai été convaincu de rester ici, dans ma maison(…) J'ai proposé de baisser mon salaire de 50%. J'ai tout essayé."

Le son de cloche est le même du côté du club et de Joan Laporta, son président. Ce sont en fait les règles de la Liga qui ont fait capoter le plan des différents protagonistes. 

Rien d’autre à faire 

La Liga a en réalité une sorte de salary cap dans son règlement : un club ne peut pas posséder une masse salariale supérieure à 70% de son chiffre d’affaires. On comprend mieux la décision de la Liga quand on prend connaissance des chiffres donnés par Joan Laporta la semaine dernière. 

Pour le moment, les salaires du FC Barcelone représentent déjà 95% du chiffre d’affaires du club catalan. Avec Messi, ce chiffre grimpe à 110%. Le club ne peut donc pas pour le moment accueillir de renforts, d’autant que les contrats de Memphis Depay, Eric Garcia, Emerson et Sergio Agüero n’auraient pas encore été validés. Sans contrat depuis début juillet, Messi est considéré comme un nouveau joueur. Même gratuitement, il était plus que difficile et même impossible de faire signer l’Argentin. Pour ce faire, le club aurait alors du se séparer de 200 millions d’euros de salaires. 

La faute à une mauvaise gestion

Lorsque’il a été élu président en mars dernier, Joan Laporta savait que la situation financière du club était dans le rouge. Mais elle semble pire que cela car en grattant, lui et son staff tombent sur de mauvaises surprises, notamment laissées par Josep Bartomeu, l’ancien président du club. 

Le contrat de Messi, les transferts fous de Coutinho, Dembélé et Griezmann qui n’apportent pas forcément ce qui était attendu sportivement… Le club aurait un peu plus d’un milliard de dettes. Tant sur le plan sportif que financier, le Barça va devoir retrouver de sa superbe. Joan Laporta a du boulot !