Sorti en 2008, "Astérix aux Jeux olympiques" a été loin de rencontrer le succès estompé malgré une pléiade de stars présentes au casting. À en croire le réalisateur du film, ces icônes du cinéma français ont fait du tournage un enfer.
Invité sur BFMTV, le réalisateur Thomas Langmann est revenu sur le tournage houleux du film "Astérix aux Jeux olympiques". Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il en garde un goût amer. Gérard Depardieu (Obélix), Alain Delon (César) et Benoît Poelvoorde (Brutus) en ont tous pris pour leur grade.

À en croire le réalisateur, le tournage a viré en "guerre d'ego" entre les deux premiers qui se seraient montrés "insupportables". Depardieu "vait envie d'en faire le moins possible", ajoute un technicien auprès de BFMTV. "Il envoyait sa doublure quand la caméra était éloignée. Il n'avait pas envie de se maquiller avant d'enfiler son costume." Et à en croire ses dires, l'acteur ne connaissait même pas son texte. Il lisait donc ses répliques sur des panneaux posés hors-champ et ne regardait plus ses partenaires dans les yeux.

Quant à Benoît Poelvoorde, il a été taxé de "fainéant" par Thomas Langmann. "Il n'a pas voulu improviser. Alors qu'il était ravi de jouer Brutus, de jouer avec Delon, tout d'un coup, il a vrillé", se souvient le réalisateur. "Il n'assumait plus. Il a beaucoup plombé le film alors qu'il avait été un amour sur 'Le Boulet'."

Mais le réalisateur lui-même n'a pas fait que des émules. En effet, il avait été fortement critiqué pour sa gestion du projet. D'après certains membres de l'équipe du film, Langmann aurait mal géré les finances au point de faire du "gaspillage " et complètement "dénaturé le scénario".