Le hockey masculin a offert une 4e médaille à la Belgique aux Jeux Olympiques de Tokyo. Les Red Lions ont battu l'Inde 2-5 (repos 2-2) en demi-finale mardi midi. Loick Luypaert (2e), Alexander Hendrickx à trois reprises (19e, 49e et 53e) et John-John Dohmen (60e) ont marqué les buts belges. La nature du métal de leur médaille, en or ou en argent sera connue à l'issue de la finale jeudi soir (19h00 locales, midi en Belgique). Les Belges seront opposés au vainqueur de la seconde demi-finale : Australie-Allemagne qui se joue mardi soir (19h00 locales, 12h00 belges). Les Red Lions avaient perdu la finale des JO de Rio en 2016, 4-2 face à l'Argentine.
Tout avait très bien débuté puisque sur la première attaque le centre de Denayer détourné par Dockier offrait un premier pc. Hendrickx n'étant pas sur le terrain, c'est Loick Luypaert qui se chargeait du sleep et ouvrait la marque. On jouait depuis 1:10 (0-1).

Ce but eut pour effet de pousser les "Hommes en Bleu" ('Men in blue', le surnom de l'équipe d'Inde) à l'attaque. Un premier pc était détourné par Vanasch. Le second consécutif fut en revanche converti, entre les jambes de Van Aubel, par Harmanpreet Singh (1-1, 7e). Pire, les Indiens insistaient et prenaient une minute et vingt secondes plus tard l'avance d'un tir tendu en pivot de Mandeep Singh (2-1, 8e). Il fallut encore une parade de Vanasch pour repousser le 3e pc indien (11e).

Les Red Lions entamèrent le 2e quart comme le premier en forçant rapidement un premier pc, puis un 2e et enfin un 3e consécutif, le tir de Luypaert sur le dernier surmontant la cage indienne (17e). Les Belges conservaient l'initiative et s'exposaient aux contres des Bleus techniquement très doués (18e). Sur le 4e pc belge de la période (le 6e au total), Hendrickx (qui n'était pas présent sur les trois précédents) inscrivait son 12e but de la compétition et surtout égalisait (2-2, 19e).

L'Inde prit alors le contrôle du jeu, profitant du besoin de souffler des Red Lions dans la canicule de cette fin de matinée dans la capitale japonaise. Le jeu restait tourné à l'offensive et la partie plaisante. Deux nouveaux pc belges ne donnaient rien (27e), pas plus que celui des Indiens peu avant la pause (29e).

Les deux équipes éprouvèrent les premiers effets de la fatigue et le troisième quart n'offrit plus beaucoup d'occasions. Antoine Kina manqua le cadre (32e) et la défense belge se montra intraitable sur un pc indien (38e).

Au fil des minutes, la tactique et la condition physique belges commencèrent à faire pencher les échanges en faveurs des Red Lions, poussant les Men in Blue à la faute. La première carte verte indienne était immédiatement mise à profit par Denayer et ses équipiers qui forçaient un nouveau pc et l'intraitable Hendrickx replaçait la Belgique aux commandes (2-3, 49e).

Loin de se reposer sur cet avantage, les Red Lions continuèrent à presser et les penalty corners se succédèrent jusqu'au stroke accordé aux Belges. De quoi régaler Alexander Hendrickx qui signait avec ce 'coup de chapeau' sa 14e réalisation à Tokyo (2-4, 52e) et assurait la victoire belge.

Il restait à résister un peu plus de sept minutes aux assauts indiens. Les Red Lions tenaient leur deuxième finale olympique consécutive et le but de John-John Dohmen dans les ultimes secondes ne fut plus qu'anecdotique