Téhéran a averti lundi qu'il répondrait à tout "aventurisme" s'il est pris pour cible, après que Washington, Londres et Israël l'ont accusé d'être derrière une attaque meurtrière contre un pétrolier en mer d'Oman, ce que l'Iran a nié.
"La République islamique d'Iran n'hésitera pas à protéger sa sécurité et ses intérêts nationaux", a déclaré le porte-parole des Affaires étrangères iraniennes Saïd Khatibzadeh dans un communiqué.

Il a promis que son pays "répondrait immédiatement et de manière décisive à tout éventuel aventurisme".

Jeudi, le pétrolier Mercer Street, géré par la société d'un milliardaire israélien, a été la cible d'une attaque au drone en mer d'Oman, selon l'armée américaine qui dispose de navires dans la région.

L'attaque, qui n'a pas été revendiquée, a fait deux morts: un Britannique employé par la société de sécurité Ambrey, et un membre d'équipage roumain, selon l'armateur Zodiac Maritime, propriété de l'Israélien Eyal Ofer.

Israël a aussitôt pointé du doigt l'Iran, son ministre des Affaires étrangères Yaïr Lapid accusant vendredi la République islamique d'être "un exportateur de terrorisme, de destruction et d'instabilité qui fait mal à tout le monde". 

Téhéran a nié toute implication: "le régime sioniste (Israël, NDLR) doit cesser de (lancer) de telles accusations infondées", a déclaré dimanche M. Khatibzadeh.

Toutefois, le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, a rejeté ces déclarations affirmant : "Je peux dire avec une certitude absolue que l'Iran a mené cette attaque contre le navire (...) Il y a des preuves de cela".

Londres et Washington ont également accusé Téhéran.

La Grande-Bretagne estime que cette action "délibérée" a été "menée par l'Iran", a affirmé dimanche le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab.

Et les Etats-Unis "sont certains que l'Iran a mené l'attaque", a fait savoir dimanche le secrétaire d'Etat Antony Blinken. Washington "se concerte avec les gouvernements dans la région et au-delà pour une réplique appropriée et imminente", a-t-il prévenu.

Il s'agit de la dernière manifestation en date de l'inimitié entre l'Iran et Israël.

En mars, le Wall Street Journal a rapporté, citant des responsables américains et du Moyen-Orient, qu'Israël avait ciblé depuis fin 2019, principalement avec des mines sous-marines, au moins une dizaine de navires faisant route vers la Syrie et transportant, dans la plupart des cas, du pétrole iranien.

"S'ils ont des preuves pour soutenir leurs affirmations infondées, ils devraient les fournir", a encore dit lundi M. Khatibzadeh, reprochant à Londres et Washington de garder le "silence" s'agissant des "attaques terroristes" visant les "navires commerciaux" iraniens dans la mer Rouge et les eaux internationales.