Robin Hendrix a les yeux encore tout ébloui par la découverte du Village olympique. "Je pensais que ce serait grand, mais pas aussi grand quand même", confia le spécialiste du 5000 m qui découvre à Tokyo les Jeux Olympiques. "Je suis bien reposé donc j'espère dans un bon jour rejoindre la finale. Si je parviens à courir autour de mon record personnel (13:19.50) dans une course rapide comme à Doha (aux championnats du monde), il y a deux ans, ce devrait être possible."
Reste le facteur chaleur et humidité qui va certainement jouer son rôle au stade Olympique. "Nous en avons discuté avec Isaac (Kimeli son compagnon d'entraînement qui a pris la 18e place du 10.000 m vendredi soir). C'est surtout l'humidité le souci. Mais on va employer toutes les techniques de refroidissement possible. On va s'y préparer au mieux."
"C'est pour cela qu'il faudra être dans un super jour. On verra bien. Le niveau est évidemment très élevé, avec les Africains mais en Europe aussi le niveau a énormément progressé."
"Une course rapide me conviendrait, mais pas trop non plus pour que je puisse suivre. Dans les 13:20, avec un bon rythme dès le départ, serait le scénario idéal."
La présence d'Isaac Kimeli n'est pas encore assurée à en croire Robin Hendrix. "La décision n'est pas encore prise. Après un difficile 10.000 m, il n'est pas certain. Mais ce serait beau de pouvoir courir tous les deux. Imaginez, tous les deux en finale. "