Le bilan des inondations et des glissements de terrain provoqués par les fortes pluies de mousson en Inde s'est alourdi à 159 morts dimanche, selon les autorités, les sauveteurs recherchant toujours des dizaines de disparus.
La côte ouest du pays est arrosée de précipitations torrentielles depuis jeudi et les services météorologiques indiens ont mis en garde contre de nouvelles averses au cours des prochains jours.
Dans le seul État du Maharasthra, 149 personnes ont perdu la vie, dont plus de 40 dans un glissement de terrain qui a frappé jeudi le village de Taliye, au sud de Bombay, la principale place financière du pays.
Le glissement de terrain a abattu des dizaines de maisons en quelques minutes, ne laissant debout que deux structures en béton et coupant l'alimentation en électricité, ont indiqué des habitants. Les sauveteurs fouillaient la boue et les débris à la recherche d'une centaine de personnes toujours portées disparues.
Dans le district de Satara, affecté par des inondations et des glissements de terrain, 28 corps ont été découverts, portant à 41 le bilan des morts.
Dans certaines parties de la ville de Chiplun, le niveau de l'eau a atteint près de six mètres jeudi, après 24 heures de pluies ininterrompues qui ont submergé routes et habitations.
Huit patients d'un hôpital local accueillant des malades du Covid-19 seraient morts suite à un arrêt des respirateurs dû à une coupure de courant.
Quelque 230.000 personnes ont été évacuées dans l'ensemble de l'État du Maharashtra.
Dans l'État voisin de Goa, une femme s'est noyée, a déclaré le gouvernement de l'État à l'agence Press Trust of India, dans ce que le ministre en chef Pramod Sawant a qualifié de "pires inondations depuis 1982".
Plus au sud, dans l'État du Karnataka, le bilan est passé de trois à neuf morts dans la nuit, et quatre autres personnes sont portées disparues, selon les autorités.