Le Racing Genk affronte ce mardi 3 août, 20h, le Shakhtar Donetsk en match aller du 3e tour préliminaire de la Ligue des champions. Une rencontre entre deux équipes portées sur l'offensive qui devrait nous offrir un maximum de spectacle.
Vice-champion de Belgique, le Racing Genk n'était pas tête de série pour le tirage au sort du 3e tour préliminaire de la Ligue des champions et avait donc de fortes chances de tomber sur un gros morceau. Et le moins que l'on puisse écrire, c'est que le club limbourgeois a été servi avec le Shakhtar Donetsk, un habitué de la Coupe aux grandes oreilles et déjà auteur de nombreux exploits face aux cadors européens. Malgré tout, les troupes de John van den Brom ont des arguments à faire valoir et joueront le coup à fond contre le deuxième du dernier championnat ukrainien.

De Zerbi pour relancer la machine

Après quatre titres consécutifs, le Shakhtar a, en effet, perdu sa couronne au profit de son grand rival de la capitale ukrainienne, le Dynamo Kiev. Malgré des résultats probants en Coupe d'Europe, avec une double victoire contre le Real Madrid en Ligue des champions et un huitième de finale en Europa League, la sanction n'a pas tardé pour l'entraîneur en place, Luis Castro, qui a été remplacé cet été par le coach à succès de Sassuolo Roberto De Zerbi. Un tacticien dont la côte de popularité n'a fait que grandir ces derniers temps en Europe grâce à sa volonté de prôner un football léché et résolument offensif.

Fidèles à leur réputation, les Mineurs possèdent encore et toujours de nombreux Brésiliens dans leur effectif. Lors de ce mercato estival, trois nouveaux auriverdes sont venus garnir le noyau de De Zerbi qui a pris dans ses valises le défenseur central de Sassuolo Marlon et qui a salué également l'arrivée de l'ailier de Benfica Pedrinho et de l'arrière droit de Sport Club Internacional Vinícius Tobías. Si on leur rajoute le jeune Burkinabé Lassina Traoré, transféré de l'Ajax, le Shakhtar a dépensé pas moins de 46 millions d'euros pour ces 4 joueurs. Autant dire que les moyens financiers des Ukrainiens, tout comme l'expérience européenne, sont bien supérieurs à ceux des Limbourgeois.

La carotte pour conserver les cadres

Dans les rangs du Racing Genk, les finances sont également au beau fixe et elles pourraient l'être encore un peu plus avec la future revente des meilleurs éléments. Paul Onuachu en tête est annoncé avec insistance sur le départ. Jhon Lucumi, lui aussi, est autorisé à partir tandis que Théo Bongonda et Junya Ito s'interrogent sur leur avenir. Une éventuelle qualification des pensionnaires de la Luminus Arena pour la Ligue des champions changerait évidemment la donne et inciterait peut-être certains cadres à rester dans le Limbourg.

Les ouailles de John van den Brom devront pour cela passer deux tours préliminaires dans la Voie de la ligue pour pouvoir rejoindre le Club de Bruges en phase de poule de la Ligue des Champions. Et si le Shakhtar semble supérieur sur papier, le dauphin de Jupiler Pro League a montré la saison dernière qu'il était très difficile de lui résister en attaque. Le Racing Genk aura l'avantage de croiser la route d'une équipe joueuse qui laissera assurément des espaces dans son dos. Il faudra que la défense soit au rendez-vous et limite au maximum les infiltrations ukrainiennes. Mais ce duel pourrait bien se jouer à l'essence du football : marquer tout simplement un but que son adversaire.

Suivez les deux rencontres du Racing Genk face au Shakhtar Donetsk, avec le premier duel ce mardi 3 août à 20h, sur Pickx+ Sports 1, disponible dans l'option All Sports de Proximus Pickx.