Après quatre saisons passées en Bundesliga, Benito Raman est sur le point de retrouver les pelouses belges. Il ne fait pas son retour au Beerschot, qui lui avait également fait une offre, mais débarque au Sporting d'Anderlecht. Que peut-il apporter aux Mauves?
Malgré son âge peu avancé (26 ans), Raman semble faire partie des meubles en Jupiler Pro League. Anderlecht est déjà le sixième club de l'élite du football belge à s'attacher ses services. Formé et révélé très jeune à La Gantoise, le club de sa ville natale, il est ensuite passé par le Beerschot, Courtrai et Saint-Trond. Entretemps, l'attaquant a décroché un titre de champion historique avec son club formateur en 2015.

S'il fut longtemps le chouchou du public gantois, il ne réussira jamais à devenir un titulaire indiscutable chez les Buffalo's. En 2016, il signe un contrat de quatre ans avec le Standard mais, là non plus, il ne parvient pas à s'imposer véritablement.

Pas le remplaçant de Nmecha

Raman avait besoin d'air frais. Il le trouve en Allemagne, au Fortuna Düsseldorf. Là-bas, le feu follet se relance complètement. Grâce à sa vitesse, ses actions et ses buts (10 lors de sa première saison), Düsseldorf est promu en Bundesliga. Dans l’élite allemande également, Raman démontre ses qualités: il était l'un des joueurs les plus rapides et les plus actifs du championnat, avec parfois plus de 50 sprints par match.

Des qualités activement recherchées par la direction anderlechtoise, même si le Gantois sort de deux saisons plus compliquées avec Schalke 04. Pour le directeur sportif du club bruxellois Peter Verbeke, Raman “peut amener plus de vitesse et de profondeur à notre secteur offensif. De plus, il s’intègre parfaitement dans la manière dont nous voulons mettre collectivement de manière agressive la pression sur notre adversaire.”

L'arrivée de Raman ne doit cependant pas être considérée comme la solution au départ de Lukas Nmecha. Si celui-ci était également très remuant, il possédait davantage le profil d'un vrai buteur à la pointe de l’attaque. Raman sera sans doute plus utile dans un système à deux attaquants ou comme joueur de flanc.

Plus mature

Il devrait donc plutôt combler le vide laissé par le départ de Jérémy Doku à Rennes l'été dernier. Un rôle que les jeunes Mustapha Bundu et Paul Mukairu n'ont pas été en mesure de remplir, tandis que Francis Amuzu, un autre produit du club, est encore trop irrégulier, même s’il est à créditer d’une bonne préparation.

Avec Raman, les Mauves engagent un joueur qui connaît le championnat et aura donc besoin de peu de temps d’adaptation. Il possède en outre les capacités physiques pour se fondre dans le système à haute intensité de Vincent Kompany.

Anderlecht devra néanmoins gérer la personnalité bien trempée du Gantois, déjà auteur de quelques dérapages par le passé. Mais le jeune homme semble avoir gagné en maturité depuis son passage en Allemagne, lui qui s’est marié et est devenu père.

Un pari réfléchi donc pour Anderlecht et Benito Raman, qui a refusé une offre concrète du Beerschot, bien qu'il ait par le passé affirmé vouloir y jouer un jour tant il s'y sentait chez lui durant la saison 2012-2013.

Grâce à l'option All Sports, vous pourrez profiter entre autre des chaînes d'Eleven Pro League et de Pickx+ Sports à volonté. Pas encore abonné ? Recevez un mois gratuit pour vivre à fond l'entame de la Jupiler Pro League qui s'annonce, une nouvelle fois, historique.