One day, one goal : Aleksandr Mostovoï transforme la défense du Real en beurre

La saison 1997-1998 est l’une des meilleures de l’histoire du Celta Vigo. Le club de Galice termine 6e de Liga. Il doit notamment cette belle saison à un homme, Aleksandr Mostovoï. Le Russe s’était illustré et en particulier lors d’un match contre le Real Madrid.

Révélé tout d’abord dans son pays, au Spartak Moscou, Aleksandr Mostovoï profite de l’effondrement de l’URSS pour monnayer son talent à l’étranger et plus particulièrement au Benfica où il signe en 1992. Il n’y restera qu’une saison avant de partir pour la France (Caen et Strasbourg) mais surtout l’Espagne. Il arrive au Celta Vigo à l’été 1996 et va vite mettre tout le monde d’accord.
 
Le citoyen russe, naturalisé également portugais, ne tarde pas à aider son club à se maintenir en Liga puis à grimper au classement. Au stade Balaídos, on tombe très rapidement sous le charme de ce Russe à la longue crinière, au style technique et à la vision incroyable qui attrape le surnom d’El Tsar. C’est particulièrement vrai ce 11 avril 1998 quand le Celta reçoit le Real Madrid.

Humiliation bien sentie

Cette saison-là, le Celta Vigo est bien calé dans le haut du classement puisque le club pointe à la 5e place au moment de recevoir le Real Madrid. Les Madrilènes sont eux deuxièmes de Liga, bien décidé à aller chercher le titre. Mais le Celta n’entend pas être une victime consentante et va faire parler la poudre grâce aux pieds d’un homme : Aleksandr Mostovoï.
 
Le Russe a décidé d’enfiler son costume de soirée pour accueillir le Real. Avec le maillot céleste sur le dos, il prend le rôle du bourreau en plantant un doublé au gardien Boldo Illgner. L’Allemand n’est pas particulièrement aidé par sa défense, comme le prouve le slalom de Mostovoï sur l’un des deux goals. En quelques touches de balles bien senties, le Russe élimine 4 hommes du Real avant de fusiller le pauvre portier.

Le Real s’effondre, le Celta coince

Au terme de la soirée, le Celta s’impose 2-1, ce qui lui permet de conforter sa 5e place. Toutefois, les hommes de Javier Irureta peine à surfer sur ce bon résultat puisque dans la foulée ils enchainent 3 partages et 1 défaite contre le 11e, 3e, 18e et 19e de Liga. Ils signent une dernière victoire lors de l’ultime journée afin de finalement terminer 5e. Une meilleure gestion de ces derniers matchs aurait pourtant pu leur ouvrir les portes du podium.
 
Du côté du Real, on se reprend la semaine suivante contre Oviedo avant de caler. Les Madrilènes finiront finalement 4e du championnat mais pourront se consoler avec leur victoire en Champions League, laquelle leur permet de malgré tout se qualifier pour les poules de l’édition suivante de la C1.
 
Fan de notre série ? Retrouvez le goal de Stojkovic avec la Yougoslavie qui élimine l’Espagne à la Coupe du Monde 1990.
 

La Liga

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top