L’Italie a été couronnée championne d’Europe en venant à bout de l’Angleterre à l’issue d’une impitoyable séance de tirs au but, dimanche soir à Wembley. Un titre mérité sur l’ensemble du tournoi qui consacre la renaissance fulgurante de la Squadra Azzurra.
It’s coming… to Rome! Les Anglais n’ont pas réussi à conjurer le sort dans leur mythique antre de Wembley dimanche soir, laissant les Italiens décrocher le deuxième Euro de leur histoire après celui de 1968. Malmenée durant la rencontre, l’Italie a plié mais jamais rompu.

Après une première période compliquée, qui a vu Luke Shaw inscrire après deux minutes à peine le but le plus rapide dans l’histoire d’une finale européenne, les Italiens ont finalement réussi à rejoindre, via Leonardo Bonnuci, puis renverser l’Angleterre aux penalties pour remporter leur premier trophée depuis 2006. Une nouvelle fois, les ajustements du sélectionneur Roberto Mancini se sont révélés payants.

Une formidable renaissance

Il faut dire que le technicien italien est le principal artisan de l'incroyable renaissance de l’Italie ces dernières années. En 2018, Mancini a pris les rênes d’une équipe bien mal en point au lendemain de la débâcle de 2017 contre la Suède en barrages pour le Mondial 2018, qui a été vécue comme une véritable humiliation dans la Botte. A l'époque, peu de monde se bousculait au portillon pour tenter de redresser la sélection.

Trois ans après cet échec, l’ancien attaquant a emmené sa nation sur le toit de l’Europe pour la deuxième fois de son histoire. Mais Mancini ne s'est pas contenté de relever l'Italie. Arrivé avec des idées neuves et jouant la carte de la jeunesse, il lui a donné un jeu spectaculaire, loin du “catenaccio” qui a écrit sa légende.

Après un impressionnant sans faute en qualification, l'Italie a continué de séduire l'Europe lors de cet Euro. Dès le match d'ouverture contre la Turquie, la Nazionale avait fait étalage de sa force collective. Pour arriver au bout, les Italiens ont également su profiter de ce petit brin de chance qui leur a permis de triompher de deux séances de tirs au but consécutives.

Record d’invincibilité en vue

Un bloc solide qui, s’il ne comporte de grandes stars, a quand même pu compter sur plusieurs individualités durant l’Euro. Décisif tout au long du tournoi, le portier italien Gianluigi Donnarumma a été élu meilleur joueur de la compétition. Avec devant lui les increvables Giorgio Chiellini (36 ans) et Leonardo Bonucci (34 ans), l'Italie n'a pas failli à sa réputation en matière de défense.

Mais c'est peut-être dans l'entrejeu que se trouvait le point fort de cette équipe, avec le trio Jorginho-Marco Verratti-Nicolò Barrella. Le latéral Leonardo Spinazzola, gravement blessé contre la Belgique, et les ailiers Lorenzo Insigne et Federico Chiesa ont également brillé durant le tournoi.

Enfin, la renaissance italienne se traduit aussi en chiffres. La Squadra est désormais invaincue depuis le 10 septembre 2018, soit 34 matchs toutes compétitions confondues. Il s’agit de la plus longue série d'invincibilité de son histoire. Sous la houlette de Roberto Mancini, qui a récemment prolongé son contrat jusqu’en 2026, les Italiens ont toutes les chances de battre le record de l'Espagne et du Brésil (35 matches sans perdre) en septembre prochain. Après quoi ils auront sans doute déjà l’esprit tourné vers la prochaine Coupe du monde, avec laquelle ils ont quelques comptes à régler.