Ces duo ‘improbables’ qui brisent les codes de la musique

Certains duos ont marqué l'histoire de la musique, d'autres nous ont fait mourir de rire et puis certains ont été audacieux et ont pu montrer une nouvelle fois que la musique n'a pas de frontières. Proximus Pickx vous fait une sélection de cinq duos qui ont marqué les annales. 

Harry Styles et Stevie Nicks

Elle est membre d’un des plus grands groupes de rock des années 70. Lui est une idole des 'One Direction'. La rencontre entre Stevie Nicks des Fleetwood Mac et Harry Styles paraît incompatible et pourtant elle est bien réelle. Le gap générationnel (une différence d’âge de près de 50 ans) et leurs styles musicaux différents ne les ont pas empêchés de devenir amis et de fréquents partenaires de duo sur scène. 

C’est grâce au batteur de Fleetwood Mac, Mick Fleetwood que les chemins des deux chanteurs se croisent. Et plus précisément lorsque le rockeur amène ses filles au concert de One Direction, sa célébrité lui donne accès aux coulisses et aux loges des membres du groupe. En véritables fans, les adolescents se sentent honorés par la présence d’une légende du rock et c’est à ce moment-là que Harry Styles est invité à de nombreux concerts de Fleetwood Mac. Le chanteur assiste pour la première fois au spectacle donné à la 02 Arena de Londres et c’est un véritable coup de foudre entre l’interprète de ‘Watermelon Sugar’ et Stevie Nicks qui fêtait son 67e anniversaire.

Petit à petit, ce deux-là se découvrent des points communs jusqu’au jour où ils chantent ensemble. Harry Styles se lance dans une carrière solo et sort un album plus rock que pop. Un pari risqué et apprécié par l’emblématique chanteuse du groupe des années 70. Et contre toute attente, lors de la première tournée du jeune artiste solo, Stevie Nicks fait une apparition surprise en fin de spectacle. Ils interprètent ensemble plusieurs titres de ‘Two Ghosts’ du premier album de Styles à ‘Landslide’ de Fleetwood Mac jusqu’à ‘Leather and Lace’ le duo de Nicks avec Don Henley des Eagles. Depuis, ces deux-là ne se quittent plus. 

 

James Blunt et Sinik

Deux pays, deux styles musicaux opposent Sinik et James Blunt. Aussi étonnant que cela puisse paraître, les deux artistes ont de nombreux points communs qu’ils ont pu exprimer travers la chanson ‘Je réalise’. Cet imprévisible duo nous plonge dans deux univers distincts. Celui d’un rappeur français habitué aux featurings avec Sniper, Kool Shen ou encore Stomy Bugsy et d’une star anglophone en solo avec sa guitare en train de composer des ballades romantiques

L’interprète de ‘You’re Beautiful’ est un vrai solitaire qui accepte difficilement de partager ses chansons. Cela n’a pas empêché le Français de l’approcher en lui envoyant une maquette du titre ‘I’ll Take Everything’ dans une version hip-hop et dans deux langues différentes. L’un est ancien taulard, l’autre est un vétéran de la guerre du Kosovo et parviennent à réunir leur sensibilité à travers la musique. Le single ‘Je réalise’ voit le jour en 2008 et figure sur l’album ‘Sur le toit du monde’ de Sinik et sur la version collector d’ ‘All the Lost Souls’. 
 

Michael Jackson et Paul McCartney

Dans les années 80, il n’était pas rare de voir de grands noms de la musique collaborés ensemble pour le plus grand plaisir du public et ce même si l’un est le King of Pop et l’autre est l’un des membres du célèbre Fab Four. ‘Say Say Say’ n’est pourtant pas leur premier succès ensemble puisque les deux artistes avaient déjà travaillé ensemble pour le tube ‘The Girl is Mine’ en 1982, figurant sur l’album ‘Thriller’. Sur le cinquième album du membre des Beatles enregistré en solo, le titre ‘The Man’ est chanté par les deux superstars de la musique. Leur première collaboration date pourtant de 1978, quand Paul  McCartney compose ‘Girlfriend’ pour Michael Jackson. Finalement, c’est le groupe Wings qui s’approprie le titre. Un an plus tard, l’interprète de ‘Thriller’, n’en reste pas là et reprend le morceau dans son premier album solo ‘Off the Wall’.


Gainsbourg et Screamin' Jay Hawkins

Audacieux, hilarant et improbable Gainsbourg s’allie à l’originalité de Screamin' Jay Hawkins le temps d’un morceau. En 1983, le chanteur français veut rendre hommage à une légende de la musique et faire l’éloge de son esprit visionnaire sur TF1. Et rien de plus impressionnant que leur interprétation de la chanson ‘Constipation Blues’ où les deux grands noms de la musique se retrouvent au piano pour faire une hymne scatologique remplie d’humour, d’onomatopées et de paroles dérisoires. ‘Constipation Blues’ parle du blues d’un homme qui n’arrive pas à aller à la toilette. Un véritable régale à prendre de manière complètement décalée où le grand parolier de la chanson française s’attarde à l’humour pipi/caca. Il avait d’ailleurs publié un roman qualifié de ‘conte parabolique’ en 1980 sur un peintre reconnu qui utilise ses pets dans son art. Les deux artistes se sont bien trouvés, on doit se l’avouer. 


Nicoletta et JoeyStarr

Un duo inimaginable de la musique française. Deux univers éloignés qui se rencontrent autour de ‘Mamy Blue’. Dans son album Egomaniac, le rappeur à succès JoeyStarr a invité la chanteuse Nicoletta. L’enfant terrible a été bercé par les albums de la chanteuse durant toute son enfance. Le rappeur s’est donc inspiré d’un des titres emblématiques de Nicoletta pour écrire ‘Mamy’.

La rencontre se fait pourtant lors d’une soirée hommage à Ticky Holgado, sur scène ils associent leurs deux versions de la chanson. Lorsque JoeyStarr propose son nouveau texte à la grande dame, elle répond immédiatement. Elle trouve les paroles magnifiques et ne mâche pas ses mots en comparant le jeune homme à Rimbaud. Un talent devenu rare selon l’interprète de ‘La Fièvre’, puisqu’elle ne trouve pas les chansons françaises "terribles" aujourd’hui. Un véritable choc culturel pour la sphère musicale de voir ces deux artistes s'entendre si bien. On attend encore de voir ce que cette complicité nous réserve. 
 

Musique

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top