Jim Morrison et son père, deux visages de la Guerre du Vietnam

Jim Morrison, chanteur des Doors, était un grand acteur du Protest Song (mouvement anti-guerre du Vietnam). Pourtant, son père défendait cette guerre. Cette fracture au sein de la famille Morrison en dit long sur la société américaine mais aussi sur la relation conflictuelle entre père et fils.

Devenu une des figures de la contre-culture, Jim Morrison fait partie des nombreux artistes engagés tels que Joan Baez, John Lennon ou encore Country Joe McDonald. Et leur principal centre d’occupation était la guerre du Vietnam. Un conflit que durera plus de 30 ans sur le continent asiatique (de 1945 à 1975). Pourtant, c’est en 1965 que les troupes américaines se déploient à proximité de la baie d’Along. En 1968, une grande majorité des Américains sont contre l’implication militaire des États-Unis et ce malgré la propagande lancée pour rallier des troupes. Un beau nombre de chanteurs et musiciens ont commencé à composer sur leur opposition, sentant leur devoir d’ouvrir les yeux des citoyens américains sur la réalité et l’absurdité de cette guerre. 

La musique comme arme

La musique deviendra une arme pacifiste. De nombreux artistes se mobiliseront et feront chanter les foules. La chanson ‘The unknown soldier’ des Doors voit le jour en plein mouvement de contestation estudiantine de mai 1968. La jeunesse américaine proteste contre la guerre du Vietnam. Le titre parle de la vision faussée des médias sur les soldats américains qui s’enrôlent dans l’armée afin de défendre leur patrie sur le territoire ennemi. Le poète du rock critique la manière dont la guerre est présentée dans les foyers américains. Une chanson ironique qui a de la compassion pour un soldat mort dans l’anonymat. Et de manière plus générale, la chanson est antimilitariste. ‘War is over’ (la guerre est finie en français) est répété à la fin du morceau et devient le slogan pour les manifestations pacifistes.
 

Un conflit aussi familial

Alors que les Doors veulent ‘arrêter’ la guerre, le père du chanteur avait participé à l’instigation de celle-ci . En effet, George Stephen Morrison, amiral américain, commandait les forces navales lors des incidents à Tonkin, évènement déclencheur de la Guerre du Vietnam. Père et fils représentaient cette société américaine fragmentée vers la fin des années 60. 

Mais cette relation n’est pourtant pas que le fruit de cette guerre. Le rebelle avait été élevé sous l’autorité d’un père absent et d’une mère alcoolique. Éprouvant un profond mépris pour sa famille qui ne l’a jamais compris dans son génie musical, le chanteur coupe les ponts avec tous ses proches en 1964. À ce moment-là, lorsqu’on lui pose des questions sur ses origines. Il déclare ouvertement que ses parents sont morts tragiquement dans un accident de voiture. Un mensonge qu’il emporte jusque dans sa tombe. Le leader des Doors nous avait pourtant clairement envoyés des signaux pour que l’on puisse se douter de ce lien obscur avec son père. Dans la chanson ‘The End’, un paragraphe lui est notamment dédié. Il y tue son paternel de la même manière que pour le complexe d’Oedipe. 

L’ancien amiral est décédé en 2008, 37 ans après la mort prématurée de son fils. Comme s’il savait qu’il partirait en premier, le prodige du rock s’était soucié de bien déshériter tous les membres du clan Morrison, ne laissant qu’à sa compagne Pamela Courson l’entièreté de sa fortune. 
 

Musique

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top