Les moments iconiques des JO : deux poings levés pour le Black Power

En théorie, les Jeux Olympiques se veulent être un événement apolitique. Mais scinder sport et politique est difficile. En 1968, le monde en a eu la preuve quand Tommie Smith et John Carlos ont brandi leur poing en l’air sur le podium.

Aux Etats-Unis, les années 60 ont été fortement marquées par la lutte pour l’égalité raciale entre blancs et noirs. Jusqu’en 1964, la ségrégation était encore en vigueur mais le Civil Rights Act est venu mettre fin à cela… du moins, en théorie. Car dans la pratique, les différences entre blancs et noirs étaient encore nombreuses. En 1968, le 4 avril, Martin Luther King, figure de la lutte pour les droits des Afro-américains, est assassiné. Les Etats-Unis s’embrasent, à quelques mois seulement des Jeux Olympiques de Mexico.

Un podium entré dans l’histoire

Dans la capitale mexicaine, les épreuves se déroulent sans heurt et on pense que le contexte américain est loin de la compétition. Deux Américains décrochent deux médailles sur 200 mètres. L’or pour Tommie Smith, le bronze pour John Carlos. Mais plus que leur course et leur médaille, c’est leur montée sur le podium que l’Histoire retiendra. Un podium qui reste l’un des plus iconiques de toute l’histoire des Jeux.
 
Accompagnés de Peter Norman – qui aura aussi un rôle actif dans cette histoire – les deux athlètes américains montent sur le podium pour recevoir leur médaille. Au moment où l’hymne américain retenti dans le stade, ceux-ci, en chaussettes noires, baissent le regard et tendent un poing ganté en noir vers le ciel. Par ce geste à la symbolique forte, les deux sprinteurs font référence au mouvement Black Power et plus précisément à l’organisation Black Panther Party, une mouvance particulièrement active et radicale sur la question des droits des noirs.

Lourdes sanctions et vies détruites

Si le cliché qui a immortalisé ce moment laisse à penser que tout s’est déroulé dans un certain calme, c’est tout le contraire qui s’est produit en réalité. Le public, comprenant directement de quoi il s’agissait, a hué les deux hommes. Par leurs poings levés, Smith et Carlos se font les porte-drapeaux d’un peuple opprimé.
 
Les autorités des Jeux n’acceptent pas non plus que la politique s’invite sur leur podium. Dès le lendemain, Smith et Carlos sont exclus du village olympique puis interdits à vie de toutes compétitions. Leur carrière de sportif s’est arrêtée au moment où leur légende a démarré. De retour aux pays, leur vie est détruite : ils se retrouvent sans emploi, sans argent, Smith est largué par sa femme, celle de Carlos se suicide. Ce n’est que dans les années 90 que leur geste hautement symbolique leur sera pardonné.

Tokyo 2020

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top