Angèle incarnera Lola Bunny dans 'Space Jam: Nouvelle ère'

Plus rien ne l'arrête, la chanteuse belge Angèle prêtera sa voix à Lola Bunny, la petite amie de Bugs Bunny dans la suite du film qui a marqué les années 90.

Le film 'Space Jam' a marqué l'enfance de beaucoup de monde. Dans ce film qui mélangeait animation et prises de vues réelles, Michael Jordan doit sauver le monde et remporter un match de basket contre les aliens avec ses coéquipiers, les personnages des Looney Tunes. Le saviez-vous ? Pour préparer son rôle dans 'Space Jam' (1994), l'acteur Michael Jordan a joué neuf saisons en championnat professionnel de basket-ball et a remporté trois championnats nationaux.

Plus sérieusement, la suite de ce classique des années 90 s'intitule 'Space Jam: Nouvelle ère' et Michael Jordan fait place à un autre champion de NBA, LeBron James, ainsi que Don Cheadle, Khris Davis et Sonequa Martin-Green dans des rôles en prise de vue réelle. Jeff Bergman, Eric Bauza et Zendaya sont les principaux acteurs des voix des Looney Tuness en version originale.

Pour la version française, c'est la chanteuse et comédienne belge Angèle qui prêtera sa voix au personnage de Lola Bunny: seule Looney Tune à avoir vraiment la tête sur les épaules, Lola possède déjà de solides bases en basket et, sous la tutelle de LeBron James, acquiert l’étoffe d’une vraie championne. Avec l'aide des Looney Tunes, et notamment de Bugs Bunny, ils vont devoir tenter de retrouver le fils de LeBron James disparu dans un monde totalement inconnu...

LeBron James à 100% dans l'aventure

Après l'élimination par Phoenix, LeBron James a déclaré qu'il préférait passer les prochains mois à promouvoir son nouveau film 'Space Jam : Nouvelle ère', dont la sortie est prévue en juillet. À la question de savoir si les Jeux olympiques étaient une possibilité pour lui, James a répondu : "Non, je pense que je vais jouer pour le Tune Squad [le nom de l'équipe dans le film] cet été au lieu des Jeux olympiques."

Jeunesse

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top