Soyons honnêtes, quand le mot e-sport est prononcé, ce dernier fait directement penser à des compétitions disputées sur consoles ou sur PC. Pourtant les chiffres sont formels, il y a bien plus de joueurs sur mobile que sur tout autre plateforme. Mais est-ce que la scène e-sportive y est pour autant aussi bien développée ? Penchons-nous sur l’exemple des FPS mobiles.

Beaucoup de jeux, beaucoup de choix

Avant tout, il faut bien comprendre que le marché du jeu-vidéo mobile saturé et qu’il est parfois compliqué de s’y retrouver. Bien souvent, les portages de jeux vidéo traditionnels sur mobile sont les premiers titres qui nous viennent en tête. Il existe pourtant une multitude de licences, développées exclusivement sur mobile.

©daxueconsulting – Tous les jeux PuBG-like disponibles en Asie.

Si l’e-sport a maintenant contaminé la presque entièreté de la planète, son pendant mobile reste bien plus populaire sur le continent asiatique. Les App Store de ce continent en sont d’ailleurs la preuve : une multitude de jeux, et de clones sont disponibles, rendant le choix du joueur souvent compliqué.

Pourtant ce genre de problème arrive aussi aux consommateurs occidentaux. Beaucoup de noms, et peu d’assurance d’avoir un produit bien fini, tant les reviews sur ce segment sont rares. C’est pourquoi on s’est dit qu’une petite liste non-exhaustive des FPS à télécharger de toute urgence pourrait vous être utile.

Call of Duty : Mobile, le nom à connaître

© Activison & Call of Duty : Mobile – Images du jeu

La franchise Call of Duty,fer de lance des FPS en général, a pendant des années regné en maitre sur le milieu, parfois dérangée par Battlefield ou d’autres FPS plus tactiques mais jamais ébranlée.
Un portage sur mobile n’était ainsi qu’une question de temps, et c’est le 1er octobre 2019 que les voeux des joueurs sont exaucés. Derrière le jeu, Activision n’est pas seul. En effet, TiMi Studio et Tencent Games (retenez bien ce nom) viennent apporter de l’aide au projet.
Le jeu est très bien reçu et gagne même deux distinctions comme celle des “The Game Awards” en tant que “Best Mobile Game” en 2019.

Call of Duty Mobile (CoDM) est aussi devenu l’une des plus grosses scènes e-sportives mobile dès l’année 2020. En effet, cette même année marque l’arrivée officielle du tournoi Call of Duty World Championship présenté et sponsorisé par Sony, qui s’accompagne de plus de 1 million de dollars en cash-prize. Un circuity qui fait de la scène CoD Mobile une scène top tier en e)sport !

Le système de qualifications ouvertes permet à tous les joueurs et équipes avec un niveau minimum sur le jeu de s’y inscrire et ainsi espérer se qualifier pour les phases finales. Preuve que le circuit fonctionne, l’édition 2021 voit son cash-prize doubler jusqu’à un montant de 2 millions de dollars.

© Call of Duty : Mobile & Sony – Rendez-vous dès le 3 Juin prochain pour la première phase du CoDM World Championship.

Tencent Games et TiMi Studio à la tête des triple A sur Mobile

Un autre jeu phare des FPS Mobile est PuBG. La version portable du Battle Royale bien connu attire de plus en plus de monde et ce partout autour de la planète. Un nom revient lors du développement de cette version, TiMi Studio.

© PuBG Mobile & Tencent Games – Ici la Pro League Americas, mais ces évènements sont internationaux et se développent à vitesse grand V.

Le jeu est annoncé sur Android et iOS le 9 février 2018, avec un total de 75 millions de pré-inscriptions avant sa sortie internationale en mars de la même année. PuBG Mobile se classe aussi premier et deuxième dans les classements chinois des téléchargements iOS au lancement, en faisant l’une des licences mobiles les plus jouées sur le continent.

En terme d’e-sport, les joueurs de PuBG reconnaîtront quelque peu les ressemblances avec leur alter-ego sur mobile. La PuBG Mobile Pro League (PMPL) est ainsi présente sur tous les continents, des Amériques à l’Asie du sud-est en passant par l’Europe de l’ouest ou encore la région russe. Chaque conférence accueille 16 équipes qualifiées au préalable par des qualifications ouvertes dans chaque pays.

Certains acteurs de l’esport traditionnel se sont déjà positionnés sur PuBG Mobile, comme ESL qui a participé à l’élaboration de la ligue. Certains de ces acteurs considèrent d’ailleurs PuBG Mobile comme un meilleur investissement en termes d’esport que sa version PC, au vu des chiffres du jeu sur les deux plateformes !

© esportsinsider – Un partenariat entre ESL et PuBG a eu lieu pour former le système/calendrier esport actuel.

Voilà déjà deux des FPS principaux qui trustent la scène esportive mobile à travers le monde. Dominés et développés par Tencent Games et TiMi Studio qui s’imposent en tant qu’incontournables, ou presque sur cette nouvelle tendance qui se dessine.

Profitant des moyens de Tencent Gaming, le géant chinois qui a participé au développement des deux jeux, ces deux premiers jeux font partie des fers de lance du segment. Cependant, si ils font partie des licences qui boostent la scène e-sportive mobile, il en existe pourtant une multitude d’autres.

Des concurrents pourtant bien implantés !

© Garena Free Fire – Vous voilà parachuté sur une carte en équipe ou tout seul, trouver le meilleur armement possible et battez vous. Le dernier survivant gagne ! Cela vous dit quelque chose ? Pourtant Free Fire le sublime sur mobile.

Un autre titre à la tête des Battle Royale sur mobile se dénomme Free Fire, développé par 111Dots Studio et publié par Garena, développeur et éditeur de nombreux jeux, bien connu en Asie du Sud-Est. Dès 2010 ils sont par exemple distributeurs d’un certain… League of Legends. L’éditeur participait aussi au lancement de Call of Duty Mobile et n’en est donc pas à leur coup d’essai sur le mobile.

Free Fire reste pourtant bien leur titre maître. Sorti en fin d’année 2017, il est reconnu comme le meilleur jeu par les votes de la communauté sur le Google Play Store en 2019. Il est, durant la même année, le jeu mobile le plus téléchargé, preuve que sa qualité est adaptée à beaucoup d’appareils. Le jeu privilégie les performances, avec un gameplay original et bien pensé.

Un gameplay approprié peut-il aider à développer une scène pérenne ? C’est une bonne base en tous cas. Et les développeurs de Free Fire ont su s’en servir pour amener au sommet leur circuit annuel : Les Free Fire World Series.

© Garena Free Fire – Peu connue en Occident, les World Series de Free Fire réservent pourtant plus de 2.000.000$ de Cash-Prize aux participants ! Tentant n’est-il pas ?

À l’image de Riot Games sur ses titres, Garena reste aux commandes de toutes les compétitions. Le jeu ayant dépassé le milliard de dollars de recette, en seulement deux ans d’existence, l’édition 2021 réservait 2.000.000$ de cash-prize à ses participants ! Un chiffre exceptionnel même dans l’esport traditionnel surtout au vu de la jeunesse du jeu. Malheureusement pour nous, peu d’européens participaient, notre région n’étant pas considérée comme une région majeure sur le jeu.

Cela dit, le spectacle fut au rendez-vous et ce sont les Thaïlandais de Phoenix Force qui sont repartis avec les 500.000$ promis au gagnant! Ainsi, des régions peu reconnues sur d’autres scènes e-sportives s’illustrent sur FreeFire. La scène européenne est encore un peu délaissée, mais cela vous laisse de la place pour devenir les prochains champions d’Europe !

Le futur du FPS mobile en marche !

© Valorant & Riot Games – Une image datant de la béta du jeu Valorant pc. On pouvait déjà y voir le mode tactile pour des PC avec écrans activables, mais pas seulement car récemment des annonces ont été faites quant à la venue prochaine de Valorant sur mobile.

L’une des grosses nouvelles à propos des FPS mobiles reste l’arrivée de Valorant sur tous les appareils capables de le supporter ! Espérons que le gameplay sera simplifié mais c’est un nouveau pas vers une scène plus reconnue et pérenne. Au vu de ses chiffres faramineux de la version PC après seulement un an, plusieurs millions de personnes devraient s’essayer au portage sur mobile. Connaissant Riot Games, nous pouvons nous attendre à de l’e-sport sur le jeu d’ici quelques années, si l’écosystème s’y prêtait ! En comparaison, l’e-sport sur Wild Rift, portage mobile de League of Legends, a mis un an à se mettre en place, Riot Games ayant exprimé leur envie de le développer seulement en début d’année.

Alors que Valorant n’est qu’annoncé, d’autres jeux sont déjà présents sur le marché et y ont fait leur place sans pour autant se lancer dans l’esport. C’est le cas de Warface :

© Warface MY.GAMES & Crytek – Un jeu déjà très attirant sur PC, sa version portable permet de toucher un public plus large sans pour autant lui en faciliter la tâche.

Le portage mobile du jeu Warface développé par My.Games et Crytek est un FPS très intéressant qui rassemble beaucoup de joueurs sur ses deux versions (PC & mobile), en faisant un potentiel compétiteur à Call of Duty : Mobile depuis sa sortie en début d’année 2020. Depuis, l’équipe de développement n’a pas beaucoup partagé sur un possible futur e-sportif.

Un studio de développement apparaissait comme le grand manquant de notre dossier, Gameloft, un studio de création française fondé par un des directeurs d’Ubisoft et expert depuis des années du mobile. En 2017, 2,5 millions de jeux Gameloft étaient téléchargés chaque jour. L’entreprise dispose de près de 187 jeux sur smartphone, dont plusieurs FPS, développés par ses 20 studios de création. Parmi eux, on reconnait un titre qui est presque devenu un passage obligatoire pour tout gamer mobile : Modern Combat 5.

Le dernier né de la série des Modern Combat instaure des missions solos et des combats en fast FPS joués en multijoueur. Disponible sur PC à travers Steam, le portage mobile est tout à fait viable et est même parfois bien plus jouable en termes de feelings. Cependant, il n’est pas vraiment penché vers l’e-sport. Une version plus portée sur la compétition a cependant fait son apparition, sous le doux nom de Modern Combat Versus.

© Modern Combat Versus & Gameloft – Une grande étape dans l’avancée de Modern Combat a été l’association avec Honor et ESL. Développant ainsi une vraie scène compétitive.

Malheureusement, malgré un projet de grande envergure, l’occident à eu du mal à s’accrocher au projet mobile. Il est aussi vrai que le jeu n’avait pas les mêmes sensations que l’épisode 5 de la série. Celui-ci paraissait plus fluide et réaliste dans son gameplay. Les tournois sponsorisés par Honor sur la plateforme ESL Play n’ont ainsi pas dépassés plus d’une quinzaine d’équipes à travers le monde. Ces mêmes tournois étaient censés mobiliser une grande partie de la communauté du jeu. La communauté a essayé de créer des tournois, cependant mineurs datant d’il y a quelques années. Le grand public n’y ayant pas eu accès facilement, tous ces petits projets sont morts dans l’oeuf. Une logique qui a valu à Modern Combat 5 de redépasser son successeur en terme de nombre de joueurs.

Si les développeurs n’ont plus émis l’envie de développer un circuit e-sportif sur le jeu après ce résultat très peu probant, on peut toujours espérer le retour de grands noms comme ESL. Mais soyons honnête, il semblerait que ce titre fasse bel et bien partie du passé.

Et les FPS tactiques dans tout ça ?

Avis à tous les fans de CSGO et de tout FPS tactique, voilà enfin un portage sur mobile ! Fidèle à celui dont il s’inspire, le jeu propose quelques achats cosmétiques (Skins d’arme, etc.) que vous pourrez entre autres débloquer grâce à des caisses. Les nombreuses mises à jour du jeu vous permettront de rester investi dans celui-ci et ainsi continuer à développer vos mécaniques mobiles. Les équipiers seront bien plus importants sur ce jeu que sur tout autre FPS déjà présenté, car les FPS tactiques ne pardonnent que très peu les erreurs commises ! Toujours est-il que la scène e-sportive de ce titre est elle aussi encore en stase. Et pour l’instant, peu de nouvelles ont été publiées, si ce n’est quelques tournois communautaires.

© Critical Force – Le petit studio finlandais a surpris beaucoup de monde avec ce seul et unique jeu sorti jusqu’à présent. Espérons que le développement continue au mieux pour peut-être espérer un émmergement de l’esport sur ce jeu !

Comme nous avons pu le voir, de nombreux titres de FPS sur mobile se battent pour être sous la lumière des projecteurs. Et il en reste encore beaucoup d’autres que nous n’avons pas pu citer pour cause de redite ou de manque d’informations à leur sujet. Une chose est sure, les projecteurs ne tarderont pas à se pencher sur le mobile, au vu des structures qui s’y sont déjà placées et les communautés que de tels circuits pourraient engager. Certaines structures sont d’ailleurs créées depuis ces mêmes jeux mobiles (Team Queso en est un des exemples les plus flagrants.)

Alors même si les FPS ne sont qu’une branche parmi d’autres, ils restent l’un des secteur dont les utilisateurs sont le plus friands. Avec l’Asie en fer de lance, il est très probable que la vague mobile déferle bientôt sur le continent européen. Au final même si le mobile reste renié par les occidentaux, il devient incontournable pour beaucoup ! Attention à ne pas rater le train en marche. Et qui sait, peut-être que nous auront, nous aussi, une section jeux mobile dans le futur.

Copyright visuel : Mobile games demonstration at 2018 Asian Games picture by Akira Kodaka