Le Slovène Primoz Roglic, porteur du maillot jaune jusqu'à la veille de l'arrivée du dernier Tour de France, a assuré jeudi aborder l'édition 2021 avec une approche "un peu différente".
"J'ai passé plus de temps en montagne, je me suis entraîné sur mon vélo de chrono", a expliqué à Brest, d'où sera donné samedi le Grand Départ, celui qui avait terminé dauphin de son compatriote Tadej Pogacar (UAE).

Depuis Liège-Bastogne-Liège le 25 avril, le grimpeur de 31 ans n'a plus disputé de compétition, préférant se concentrer sur l'entraînement pour préparer le Tour de France.

Interrogé sur la concurrence proposée par l'équipe Ineos, qui s'alignera avec quatre leaders potentiels (Geraint Thomas, Richard Carapaz, Tao Geoghegan Hart et Richie Porte), Roglic a dit se reposer sur ses équipiers.

"J'ai des équipiers, et je dois leur faire confiance", a déclaré le Slovène, vainqueur cette saison de trois étapes sur Paris-Nice et du Tour du Pays basque.

Contrairement à Roglic, ses principaux concurrents ont continué à s'aligner en compétition pour préparer la grand-messe estivale (26 juin-18 juillet). 

Richie Porte a remporté le critérium du Dauphiné, Richard Carapaz le Tour de Suisse et Tadej Pogacar le Tour de Slovénie, au plateau moins relevé. 

"L'année dernière nous a permis de montrer que nous étions une équipe puissante, mais nous connaissons tous le résultat final" du Tour 2020, a souligné Merijn Zeeman, directeur sportif de Jumbo.

En 2021, "ce sera surtout UAE qui aura le contrôle de la course, et c'est une situation qui nous convient davantage", a-t-il ajouté.

"La concurrence est plus forte qu'en 2020. À certains endroits de la course, nous appliquerons peut-être une tactique différente de celle de l'année dernière", a complété Grischa Niermann, un entraîneur de l'équipe néerlandaise.