Les Diables Rouges ont redressé une situation pour le moins compromise ce jeudi contre le Danemark afin de se qualifier pour le prochain tour de l'Euro 2020. La presse internationale a évidemment mis en lumière la performance exceptionnelle du héros de tout un peuple: Kevin De Bruyne.
"C'était bien, mais j'ai aussi eu des moments moins bons". Comme à l'accoutumée, Kevin De Bruyne a semblé très calme et critique envers lui-même juste après sa masterclass de ce jeudi face au Danemark. Entré au jeu à la pause en remplacement d'un Dries Mertens passé à côté de son sujet, et après une première mi-temps complètement ratée par les Belges dans leur ensemble, KDB a tout de suite apporté un surplus d'énergie (et de qualité) à l'équipe qui est remontée sur la pelouse avec un tout autre visage.

Au four et au moulin

Esseulé à la pointe de l'attaque avant le repos, Romelu Lukaku a pu compter d'emblée de deuxième période sur le soutien du milieu offensif de Manchester City. Dix minutes après son entrée, De Bruyne s'est distingué par un geste de classe mondiale. Lancé en profondeur par KDB, Lukaku faisait la différence en vitesse avant de remiser en retrait pour son compère de l'attaque qui, au lieu de se précipiter vers le but, se débarrassait astucieusement de deux adversaires avant d'adresser une passe laser à Thorgan Hazard qui n'avait plus qu'à pousser le cuir au fond des filets. Une chose était alors sûre: De Bruyne n'avait rien perdu de sa vision exceptionnelle malgré sa blessure au visage survenue en mai dernier.

"Je suis encore un peu prudent dans les duels avec la tête et après une demi-heure, j'ai bien senti les efforts. C'est très inconfortable, mais on peut jouer avec", a souligné à l'issue de la rencontre l'ancien joueur du Racing Genk. De passeur, il s'est ensuite hissé en buteur pour offrir une victoire jusqu'ici inespérée aux Diables Rouges. Après la montée au jeu d'Axel Witsel, de Kevin De Bruyne et d'Eden Hazard, la partie a pris une toute autre tournure, digne d'un film Avengers où les héros surgissent à la fin. Lukaku, les frères Hazard et KDB étaient en effet dans le coup un quart d'heure plus tard pour combiner aux abords de la surface. Notre numéro 7 faisait de l'art avec ses pieds et campait le rôle d'acteur principal mettant une tannée à tous ceux qui voyaient déjà les Belges se prendre les pieds dans le tapis (rouge).

Une presse internationale subjuguée

Malgré les difficultés rencontrées par les Diables Rouges pendant la rencontre, la presse internationale a davantage salué la performance exceptionnelle de Kevin De Bruyne. "Il a été brillant", a déclaré la BBC. "Avec De Bruyne, il y a toujours de l'espoir. Il a changé tout le jeu", a loué The Guardian. La Gazzetta dello Sport ne tarit pas d'éloges non plus : "Après une première mi-temps faible, Kevin De Bruyne est entré et il a mis le feu. Il a finalement sauvé les Belges grâce à deux actions fantastiques. Romelu Lukaku s'est également réveillé après la pause".

Le quotidien espagnol Marca qualifie De Bruyne de "joueur clé", tout comme le journal français L'Equipe : "Kevin De Bruyne a tout changé". Le compliment ultime est peut-être venu du commentateur sportif brésilien Arnaldo Ribeiro : "Je vais peut-être être injurié, mais De Bruyne est plus complet que Messi et Ronaldo dans le football pratiqué aujourd'hui. Il rend toute l'équipe meilleure." Il n'est pas encore temps de mourir tranquille mais l'espoir renait pour la Belgique qui fait de nouveau peur avec ses superhéros.

Suivez les matchs de l'Euro sur La Une et Tipik via Pickx.be ou via l'app Pickx. Vivez les matchs encore plus intensément grâce à l'expérience intéractive de Proximus Pickx mais aussi Pickx Prono.