Les Diables qu’on a oubliés : Cédric Roussel

Les Diables Rouges vont tenter à l’Euro de décrocher leur premier succès majeur. Ces dernières décennies, de nombreux joueurs ont porté le maillot de la sélection et parfois, on les a oubliés. C’est le cas de Cédric Roussel, Diable en 2003 durant 13 minutes dont Proximus Pickx vous raconte le parcours.

 

En près de 20 ans de carrière, Cédric Roussel a connu plus de 10 clubs professionnels différents : de ses débuts à La Louvière en passant par La Gantoise, Coventry, Wolverhampton, Mons, Kazan, Genk, le Standard, Zulte Waregem, Brescia, Larnaka… pour finir dans les séries amateurs chez nous en 2014 au RRC Waterloo où il range définitivement les crampons à l’âge de 37 ans. Il faut ajouter à ses équipes les Diables rouges puisque l’attaquant a disputé deux matches avec la vareuse belge en 2003. 

Les Diables rouges et Roussel, c’est en réalité une bien plus longue histoire que ces deux rencontres. Très jeune, chez les U16, il porte déjà la vareuse rouge. Il le fera aussi en U18, U19, U20 et U21 avant le graal et l’équipe première. 2 matches, 13 petites minutes qui font de lui un Diable Rouge pour l’histoire.

De la D2 à l’Angleterre

Véritable talent sur le front de l’attaque, c’est à La Louvière, qui évolue alors en division 2, que Cédric Roussel fait ses armes. Très vite, il est repéré par les formations de D1 et il met le cap en 1998 sur La Gantoise à l'âge de 20 ans. 35 matches et 11 buts plus tard, il quitte déjà le championnat belge pour le plus prestigieux du monde : le championnat d’Angleterre.

Il passe deux saisons à Coventry où il plante 11 buts en 42 apparitions mais le club est rétrogradé en D2. Il rebondit à Wolverhampton mais les choses ne se passent pas très bien chez les Wanderers. L’attaquant pense même arrêter le football. Il va toutefois se battre et réussir à crever l’écran dans notre championnat.

L’explosion à Mons et les Diables

Il est prêté par le club anglais à Mons lors de la saison 2002/2003. Bien entouré, l'attaquant de l’Albert termine premier au classement des buteurs à l’issue de la saison avec 22 réalisations, ex-aequo avec Wesley Sonck. Ses talents de buteur sont remarqués par le sélectionneur fédéral de l’époque, Aimé Anthuenis

Le 12 février 2003, lors d’un match amical remporté 1-3 en Algérie, Cédric Roussel entre sur le terrain pour les dix dernières minutes du match. Quelques semaines plus tard, il fait partie de la sélection mais c’est du banc qu’il assiste à la lourde défaite 4-0 en Croatie lors des qualifications pour l’Euro 2004. En novembre 2003, il joue trois minutes lors du match face à l’Estonie remporté 2-0 mais les Belges ne participeront pas à l’Euro. C’est aussi la dernière apparition de Roussel avec le maillot des Diables Rouges. 

 

Un vrai bourlingueur

Après son explosion à Mons, Genk achète l’attaquant à Wolverhampton et il y inscrit 14 buts en 31 apparitions. Il s’envole dès la saison suivante pour la Russie et le Rubin Kazan mais l’aventure ne dure que 6 mois et il demande à partir. Il est prêté au Standard où il y reste près d’un an et demi sans pour autant réussir à s’imposer. En 2006, il signe à Zulte Waregem qu’il quitte après 12 mois pour Brescia où cela se passe mal. Le voilà donc de retour… à Mons.  

En 2010, malgré une bonne saison, la direction montoise ne prolonge pas son contrat. Libre, il s’engage avec le club chypriote de l’AEK Larnaca. Après seulement une semaine, il rompt son contrat. Certains évoquent un échec aux tests physiques, lui expliquant plutôt un problème de versement de salaire. C’est finalement à Couillet qu’il rebondit, en Promotion avant de passer par Beloeil en P1 en 2011, Manage et enfin Waterloo pour conclure une carrière riche en destinations et en buts. 

Fan de cette série ? Découvrez "Les Diables qu’on a oubliés : Mehdi Carcela"

Info

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top