L'Irano-britannique Christiane Amanpour, journaliste vedette de la chaîne américaine CNN, a annoncé lundi à l'antenne être touchée d'un cancer des ovaires et entamer pour quelques mois une chimiothérapie, ne précisant pas si elle allait s'éloigner des plateaux de télévision.
"Ces quatre dernières semaines ont été un peu comme des montagnes russes pour moi, car pendant cette période, comme des millions de femmes dans le monde, on m'a diagnostiqué un cancer des ovaires", a révélé la présentatrice de 63 ans, aujourd'hui basée à Londres.

Elle a indiqué avoir déjà subi "avec succès une intervention chirurgicale majeure pour enlever" ce cancer, et a annoncé se lancer désormais dans "plusieurs mois de chimiothérapie".

Présentatrice de l'émission de CNN qui porte son nom, "Amanpour", la cheffe du service international de la chaîne américaine s'est d'abord fait connaître du public international de CNN par sa couverture de la guerre du Golfe de 1991, qui a suivi l'invasion du Koweït par l'Irak en 1990.

Au cours des deux dernières décennies, elle a interviewé un grand nombre de dirigeants et d'acteurs faisant l'actualité dans le monde et a réalisé de nombreux reportages sur l'Irak, l'Afghanistan, le Pakistan, la Somalie, le Rwanda et les Balkans.

Elle a notamment dénoncé le génocide des musulmans de Bosnie, estimant que "dans certaines situations, on ne peut tout simplement pas rester neutre: être neutre revient à être complice".

"Confiante" en l'avenir et dans le système de santé britannique, Mme Amanpour explique avoir voulu s'ouvrir sur sa maladie "par souci de transparence", mais "surtout pour appeler toutes les femmes à se faire diagnostiquer au plus tôt".

Elle a enjoint ses consoeurs à "s'informer sur cette maladie, passer régulièrement des examens de dépistage et des scanners, être toujours à l'écoute de leur corps et, bien sûr, veiller à ce que leurs préoccupations médicales légitimes ne soient pas ignorées".