Le RWDM recevra-t-il une injection de capital venue des Etats-Unis? Depuis quelques jours, des rumeurs lient le club bruxellois au groupe d'investisseurs américains KFG (Kapital Football Group). Joseph DeGrosa, l'homme fort du groupe américain, évoque dans les médias anglais un deal avec 'un club bruxellois de deuxième division'...
 
DeGrosa laisse entendre qu'il souhaite investir dans des 'petits' clubs portugais, brésiliens et... belges. "En Belgique, nous sommes proches d'un deal avec un club de deuxième division avec un passé au plus haut niveau. Nous voulons le ramener dans l'élite. En nous appuyant sur notre académie de jeunes talents, cela doit être possible en deux ans", explique-t-il.
 
Ces academies se trouvent en Amérique du Sud et en Afrique et DeGrosa aimerait mettre certains de ses talents en vitrine en Belgique, pour mieux les valoriser en Europe.
 
Ne pas vendre, mais...
 
Au RWDM , par la voix du président Thierry Dailly on ne veut ni confirmer, ni infirmer cette nouvelle. Interrogé par bruzz.be, le boss des Coalisés s'est contenté de dire qu'il avait pris langue avec de nombreux candidats. "Certains parlent avec nous depuis un et demi. Des Américains, des Anglais, des Français, et même des groupes venus des Emirats. Notre progression ces dernières années, notre histoire, nos traditions et notre situation au coeur de l'Europe nous rendent attractifs.”
 
Mais Thierry Dailly pose des conditions préalables avant l'arrivée d'investisseurs potentiels. "Nous ne voulons en tout cas pas vendre. Chaque projet devra se faire avec moi et mon équipe. Nous veillons sur notre bébé. La stabilité du club passe avant tout. Ajouter des partenaires avec de la puissance financière est une évolution logique. Si un investisseur débarque avec une vision solide, nous pourrons avancer avec lui. Cela peut arriver demain comme cela peut prendre un an.” Dont acte.