Les Diables Rouges ont officiellement entamé leur préparation à l’Euro 2020 jeudi contre la Grèce. Dans un stade Roi Baudouin vide, les troupes de Roberto Martinez, qui avait opté pour une équipe expérimentale, n’ont pas disputé un grand match et ont concédé le partage (1-1). Plusieurs points positifs méritent tout de même d’être soulignés.
Martinez alignait jeudi soir une "équipe B". Des joueurs comme Simon Mignolet, Dedryck Boyata, Dennis Praet et Jérémy Doku ont tous reçu leur chance dans le onze de départ. Le sélectionneur avait déjà indiqué que Thibaut Courtois, Thomas Vermaelen, Jan Vertonghen et Eden Hazard ne joueraient pas, tandis que Kevin De Bruyne (pas encore dans le groupe et probablement absent pour le premier match contre la Russie) et Axel Witsel n’étaient pas non plus de la partie.

Doku incisif

Yannick Carrasco s’est vu attribuer la place habituelle d’Eden Hazard et a montré qu’il aura un rôle important à jouer contre la Russie en l’absence de De Bruyne et, peut-être, celle d’Hazard en tant que titulaire. Le joueur de l'Atlético de Madrid a mis les Belges sur la voie du 1-0 après vingt minutes à la suite d'une belle course ponctuée d'une passe décisive pour Thorgan Hazard, qui a intelligemment fini l’action.

Très présent en première mi-temps, Carrasco devrait se révéler précieux pour les Diables. Derrière lui, Hazard a également montré de belles choses, tout comme Doku, sur le côté droit. Le jeune ailier de Rennes a donné du fil à retordre à son adversaire direct et son coup de rein dévastateur constitue un atout non négligeable dans la manche de Martinez.

Praet, qui fut coaché à deux reprises par Martinez pendant les pauses, a été plus discret au milieu de terrain. Après une première mi-temps solide avec quelques bonnes infiltrations, le milieu de Leicester a marqué le pas physiquement. Derrière, Boyata ne fut pas mis à rude épreuve par l’attaque grecque, mais il a fait ce qu'il avait à faire. BIen que, comme Denayer, il commet de temps en temps des erreurs, principalement de placement. Quant à Mignolet, il est à créditer d’un très bon match et fait figure de deuxième gardien idéal.

Pas de clean sheet

En seconde période, Martinez a fait entrer Michy Batshuayi et Dries Mertens à la place de Romelu Lukaku et Jérémy Doku. Au cours d'une deuxième mi-temps peu convaincante, Papadopoulos, à la suite d’un coup franc, envoyait le ballon sur le poteau, mais Tzavellas avait bien suivi et égalisait. Nacer Chadli et Leandro Trossard ont quant à eux disputé le dernier quart d'heure du match, mais aucun nouveau but n'a été marqué malgré l'injection de sang frais. Même Youri Tielemans, entré en jeu en fin de match, n'a pu changer le cours des choses.

Reste que Martinez peut être satisfait de son flanc gauche, personnifié par le duo Hazard-Carrasco, et de l’apport de Doku à droite. Il y a encore toutefois beaucoup de travail, notamment dans l'équilibre défensif. Jeudi, les Grecs ont eu quatre grosses occasions, et l'absence d'Axel Witsel dans l’entrejeu se fait sentir. Leander Dendoncker n'est toujours pas très convaincant et, en défense, Jan Vertonghen et Thomas Vermaelen semblent indispensables en raison de leur expérience et leur intelligence de jeu. Lors de leurs quatorze dernières rencontres, les Belges ont réussi à garder le zéro à trois reprises seulement. Il faudra faire mieux à l’Euro.

Suivez Belgique – Croatie ce dimanche 6 juin à partir de 20h15 sur La Une.