Ces joueurs de l’Euro 2020 qui évoluent ou sont passés par la Jupiler Pro League

L’Euro 2020 approche à grands pas, ce qui signifie une chose : dans un avenir proche, nous serons submergés par le football, que nous le voulions ou non. Proximus Sports s'est plongé dans les archives de la Jupiler Pro League et a retrouvé la trace de quelques internationaux de cet Euro 2020 qui ont fait fureur, ou pas, dans notre championnat. 

 

Gardien

Le gardien de but néerlandais Marco Bizot, actif dans la cage de l'AZ Alkmaar, a été inclus de manière inattendue dans la sélection pour l'Euro 2020 du sélectionneur national Frank de Boer. Il a en fait profité d’un test positif au coronavirus du numéro un, Jasper Cillessen.

Agé de 30 ans, Bizot est passé par le Racing Genk où il est arrivé en juin 2014 en provenance du FC Groningen. Entre 2014 et 2017, il est apparu 74 fois sous les couleurs limbourgeoises. Lors de la première moitié de la saison 2016/2017, Bizot était le numéro un incontesté à Genk. Le Néerlandais a fini par disparaître discrètement, transféré à Alkmaar, après quelques performances médiocres. C'est là qu'il a refait surface : ces dernières saisons, il n'a pas manqué une seule minute en Eredivisie où il était encore titulaire cette année entre les perches à l'AZ.

Bizot était donc présent lors du camp d'entraînement portugais de la sélection néerlandaise, mais il ne semble pas pouvoir espérer une place de titulaire à l'Euro 2020. De Boer optera probablement pour Tim Krul ou Maarten Stekelenburg.

Défenseurs

DANEMARK : Joakim Mæhle. En décembre 2020, Mæhle a signé un contrat de cinq ans avec le club de Serie A de l'Atalanta. Avant cela, il était un des hommes forts du Racing Genk. Mæhle a quitté Aalborg pour Genk à l'été 2017. Au Limbourg, il est devenu un titulaire et a fait partie de l'équipe championne de 2019. En trois saisons et demie, Mæhle a joué 130 matchs sous le maillot de Genk, a inscrit 6 buts et délivré 22 passes décisives. Les Diables rouges le retrouveront sur leur chemin le jeudi 17 juin. 

FINLANDE : Jere Uronen. Le défenseur du KRC Genk est l'un des noms les plus connus de la liste des 26 Finlandais. Uronen a signé avec les Limbourgeois en janvier 2016, et a fait ses débuts avec Genk contre Ostende deux mois plus tard. Depuis, il est devenu un joueur important, même s'il a dû se contenter d'un statut de joueur de remplaçant dans la seconde moitié de la saison dernière et lors des playoffs. Il sera également sur la route des Belges.

MACEDOINE DU NORD : Gjoko Zajkov. Le défenseur de Charleroi fait partie de la sélection pour la toute première participation à la phase finale d'un tournoi majeur de la Macédoine du Nord. Zajkov a quitté le Stade de Rennes à l'été 2015. Au Mambourg, il était censé combler le vide laissé par Sébastien Dewaest, mais il ne s’est jamais imposé. Cette saison, le Nord-Macédonien n'a pas joué une seule minute à Charleroi, tout en évoluant malgré tout pour son pays.

UKRAINE : Eduard Sobol. Le défenseur de 26 ans du Club de Bruges a joué 2 074 minutes en Jupiler Pro League cette saison et il a marqué deux buts. Il est devenu une valeur sûre sur le côté gauche et, grâce à sa capacité à accumuler les kilomètres, il a été une force discrète mais importante pour l'équipe championne. En mars de cette année, il a été récompensé par un contrat jusqu'en 2024.

ECOSSE: Jack Hendry. L'Écosse participera à la phase finale d'un tournoi majeur pour la première fois depuis la Coupe du monde 1998. Le défenseur central écossais Jack Hendry a récolté trois sélections pour son pays en 2018 après une bonne demi-saison à Dundee United et son transfert au Celtic en janvier de la même année. En 2020, Hendry a été prêté au club australien de Melbourne City. La saison dernière, il a été prêté par le Celtic au KV Ostende. A 26 ans, Hendry est immédiatement devenu un joueur titulaire dans la défense du KVO : il a disputé trente matches de championnat pour les Côtiers, au cours desquels il a marqué deux fois.

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE : Jakub Brabec. La dernière acquisition estivale du Racing Genk en 2016 provenait du Sparta Prague. En août 2018, les Limbourgeois l'ont loué au club turc de Rizespor. Le défenseur tchèque a joué 52 matches officiels pour le Racing Genk, mais n'a pas réussi à décrocher ses galons de titulaire. En 2019, Brabec a obtenu un transfert dans son pays natal, au Viktoria Plzen. Avec Pilsen, il a joué contre l'Antwerp au troisième tour préliminaire de l'Europa League.

Milieux de terrain

UKRAINE : Roman Bezus, Yevhen Makarenko et Ruslan Malinovskyi. Bezus a atterri à Gand en janvier 2019 et était l'un des rares points positifs des Buffalos ces derniers mois. Il a joué presque tous les matchs, marquant six fois et donnant quatre passes décisives.

Makarenko a joué 28 matchs pour Courtrai la saison dernière, marquant trois buts. Les Courtraisiens l'ont arraché au Dinamo Kiev à l'été 2017. Le milieu de terrain défensif a grandi sous la houlette de Glen De Boeck, alors entraîneur du KVK, pour devenir une star absolue du Stade des Éperons d'Or. Un an plus tard, cela s'est traduit par un transfert à Anderlecht. Dans la capitale, Makarenko n'a jamais pu vraiment se développer. Courtrai l’a ramené à la maison en janvier 2020.

Ruslan Malinovskyi a quitté le Racing Genk, fraichement champion, à l'été 2019 pour rejoindre l'Atalanta Bergame en Serie A. Malinovskyi défendait les couleurs de Genk depuis janvier 2016. Avant cela, il a évolué dans son club de jeunesse, le Shakhtar Donetsk. Pour Genk, il a joué 135 rencontres. Au cours de celles-ci, il a inscrit 30 buts et délivré 32 passes décisives. Avec 16 buts et 16 passes décisives, il a largement contribué à la conquête du titre national en 2019.

SLOVAQUIE : Patrik Hrošovský. En 2019, le milieu de terrain défensif, alors âgé de 27 ans, a été transféré du Viktoria Plzen et a signé un contrat jusqu'à mi-2024 avec le Racing Genk, champion national. Hrošovský a joué trente matches de championnat sous le maillot de Genk la saison dernière, au cours desquels il a marqué deux fois.

Attaquants

MACEDOINE DU NORD : Aleksandar Trajkovski et Ivan Trickovski. En juin 2015, Trajkovski a quitté Zulte Waregem, échangé, pour le club de première division italienne de Palerme. L'attaquant jouait au stade Arc-en-Ciel depuis 2011. Lors de la saison 2013/2014, Trajkovski a été prêté à Malines. À l'été 2019, il a signé un contrat avec le nouveau venu en Liga, Majorque.

Son compatriote Ivan Trickovski a été actif au Club de Bruges lors de la saison 2012/2013. L'attaquant a été acquis par le Club à l'APOEL Nicosie en janvier 2012, pour combler le départ de Nabil Dirar à Monaco. La saison suivante, Trickovski a été prêté à Waasland-Beveren. Il est ensuite allé tenter sa chance à Dubaï, à Al-Nasr, avant d'atterrir au Legia Varsovie pour finalement poursuivre son parcours à l'AEK Larnaca, club de première division chypriote.

UKRAINE : Roman Yaremchuk. Il a sans doute été le meilleur joueur de Gand la saison dernière, aux côtés de Bezus. L’attaquant n’a quasiment rien manqué de la dernière saison et a marqué vingt fois. Yaremchuk est arrivé du Dinamo Kiev en 2017. Il a signé un contrat pour quatre saisons à la Ghelamco Arena. Au total, il a déjà marqué soixante fois en 148 matchs pour les Buffalos.

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE : Michael Krmencík et Matej Vydra. En janvier 2020, le Club de Bruges, alors leader du championnat, a signé l'attaquant Michael Krmencík pour 3,5 ans. Il vient du Viktoria Plzen. Après quelques performances décevantes, il a été prêté au PAOK Salonique en janvier de cette année. Le mois dernier, il a aidé le club à remporter la coupe en marquant le but de la victoire à la dernière minute contre le champion, l’Olympiakos.

En août 2011, le Club de Bruges a ajouté le Tchèque Matej Vydra à ses rangs. Le club de première division italienne de l’Udinese a prêté l'international au club pour une saison. Le contrat de location a été résilié à la fin du mois de janvier 2012. Par la suite, l'attaquant a rejoint la Premier League et Watford. Depuis 2018, Vydra porte le maillot de Burnley.

Suivez l’intégralité des rencontres de l’Euro 2020, et en particulier celles des Diables Rouges, sur La Une et Tipik.

Euro 2020

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top