Ce week-end sonnait la fin de la troisième édition de Flashpoint, l’évènement RMR européen de ce début d’été sur Counter-Strike; Global Offensive. Seize équipes, parmi les meilleures du monde se sont affrontées pendant plus d’une vingtaine de jours pour savoir qui succéderait Virtus.pro au titre de champion Flashpoint. En définitive, ce sont les mousesports qui sont repartis couronnés.

Mousesports domine l’arbre et de loin

Les mousesports auront surpris tous les bookmakers depuis le 11 mai, date de début du tournoi ! En effet, leur victoire face à Fnatic dès le 1er tour ne prouve, en soi, que peu de choses mais c’est pourtant un récital de CSGO qui nous est proposé par la structure européenne. Un récital qui préfaçait d’ailleurs une performance de haut-niveau pour l’équipe dans le tournoi. Durant leur parcours ils ne laisseront échapper, en tout et pour tout, qu’une seule carte contre NiP en Grande Finale. Une prouesse impressionnante, d’autant plus qu’ en ce moment, toutes les équipes du top mondial se battent pour accrocher la première place au classement HLTV,. L’étau se resserre ainsi autour du Top 10.

Le trophée de cette troisième saison de Flashpoint – Source : Flashpoint

À la tête de cette équipe, ce n’est pas ropz, comme on pourrait s’y attendre, mais bien frozen qui décroche le titre de MVP, finissant l’évènement avec un rating moyen de 1.35. Score assez exceptionnel à ce niveau lui permettant ainsi de décrocher son premier titre de MVP lors d’un évènement majeur. Une performance à souligner pour le jeune joueur tout juste âgé de 18 ans.

Le parcours étonnant de NiP

Un autre évènement n’aura pas manqué de secouer la dernière édition de Flashpoint et l’univers CSGO en début de tournoi. Nous sommes alors le 18 mai, date des matchs du premier round, dont celui qui oppose Ninjas in Pyjamas et Anonymo. Si la rencontre est remportée par ces derniers, l’équipe suédoise pointe après coup des problèmes de connexion aux serveurs Faceit/Flashpoint, avec pour conséquence jusqu’à 40% de perte de paquets chez certains joueurs, rendant le match très difficile. On apprendra plus tard que la faute revenait bien aux serveurs et donc aux organisateurs et que NiP n’aurait pas pu faire autrement.

Toujours est-il qu’un rematch est demandé après la fin du match et que la dernière carte est rejouée quelques jours plus tard. NiP renverse alors l’issue du match en remportant la dernière manche lors du rematch. Si certaines questions d’éthique sportives se sont posées quant à l’issue des demandes des suédois, l’organisateur s’est excusé des nombreux problèmes rencontrés. Une polémique qui aura bien servi aux NiP, qui auront tout de même réussi à remonter la barre et à se hisser en Grande Finale après s’être débarrassé de G2 Esports, BIG et Heroic en Lower Bracket. L’équipe suédoise et dev1ce n’étaient d’ailleurs pas si mal lancés durant la finale face à mousesports en remportant la première carte. Mais vous connaissez déjà la suite et le résultat.

Double Poney, le mix s’épanouit

Une autre équipe que toute la scène francophone a soutenue et suivie c’est Double Poney ! Le mix basé sur le lead de bodyy, l’AWP d’afro, les lurks de Lucky et Djoko nous a réservé bien des surprises d’autant plus qu’ils étaient rejoints par NBK, prêté par sa structure OG Esports. Le joueur, champion de Major par deux fois déjà, est de retour sur la scène avec le mix DBL Poney. Il a d’ailleurs su montrer de belles prestations tout au long du tournoi, mais toute l’équipe a mis la main à la pâte pour leur premier tournoi majeur, finissant à une honorable 8ème place et faisant trembler des formations comme Complexity, FPX ou même OG ! Une bonne note finale pour la scène francophone qui voit de nouveaux espoirs se développer.

Au final c’est pourtant bien mousesports qui s’inscrit dans une bonne dynamique pour cette saison d’été, remportant 17.000$ mais surtout 1600 points RMR dont ils auront bien besoin pour envisage une qualification au prochain Major à Stockholm. Une bonne nouvelle donc pour l’équipe européenne, qui prend une avance non-négligeable dans la course au classement. Une avance qu’il faudra maintenant s’atteler à maintenir.

Copyright visuel : Flashpoint