‘The Handmaid’s Tale’ : Pourquoi la série est-elle si angoissante ?

La série ‘The Handmaid’s Tale’ revient bientôt pour une quatrième saison que vous pourrez visionner en avant-première grâce au catalogue ‘Movies & Series’ de Proximus Pickx. Etes-vous prêts à replonger dans cet univers effrayant et glaçant ? Nous avons analysé pour vous ce qui provoque une telle angoisse au visionnage de ‘The Handmaid’s Tale’. 

Un réalisme glaçant

‘The Handmaid’s Tale’ est une série dystopique. Adaptation du roman du même nom de Margaret Atwood, elle raconte le quotidien dans la société totalitaire de Gilead, qui a pris place aux Etats-Unis des suites d’un coup d’Etat religieux. Les femmes y ont perdu leurs droits et subissent violences sexuelles et sévices corporels, le tout sur fond d’espionnage et de peur constante. Ce qui prend à la gorge quand on regarde ‘The Handmaid’s Tale’, c’est que son scénario n’est pas si éloigné d’une potentielle réalité. L’autrice du livre sur lequel se base la série a elle-même déclaré que son intrigue ne contient "rien que l’humanité n’ait pas déjà fait ailleurs ou à une autre époque". La série traite ainsi d’enjeux comme les droits de minorités, le traumatisme, le vécu des réfugiés politiques, d’une manière si réaliste qu’elle en est extrêmement glaçante. De nombreux flashbacks sur la fondation de Gilead permettent de voir comment cette secte religieuse s’est imposée, un scénario pas si impossible dans la vraie vie. 

Lenteur et gros plans

La mise en scène bien particulière de la série a également son rôle à jouer. Si, parfois, les événements s’enchaînent dans la série avec une rapidité à couper le souffle, le plus souvent, la lenteur est de mise. Qu’il s’agisse des dialogues, des réactions ou des pensées de la protagoniste, le temps est géré de manière angoissante. Les gros plans sur le visage de June ou des servantes qui l’entourent permettent eux aussi de renforcer les sentiments de piège, d’injustice et de frustration qui s’abattent sur elles. Tous ces éléments de mise en scène nous plongent dans l’urgence que ressentent les protagonistes, avec un sentiment fort d’enfermement

La palette de couleurs

L’univers de Gilead est froid et sombre. Tout a l’air gris, sans vie et sans chaleur. Les seules couleurs visibles, tels que le rouge de la cape des servantes ou le bleu de la robe des Epouses, sont ternes. Toute la mise en scène visuelle est travaillée pour que Gilead soit tout sauf un endroit dans lequel on souhaite se trouver. Le rouge, comme seule couleur reconnaissable,  n’est pas sans rappeler le sang, le danger et la mort. Il caractérise les servantes et les enferme encore plus dans leur condition. La seule véritable clarté de leur costume, ce sont les ailes blanches qu’elles portent sur la tête, sorte de pureté imposée qui n’arrange rien à l’univers visuel général de la série. 

Cérémonies et religion

Les sévices corporels, scènes très difficiles à regarder, participent bien évidemment à l’angoisse que génère cette série. Dès le premier épisode, June est contrainte de se soumettre à la cérémonie, qui n’est ni plus ni moins qu’un viol emballé dans un discours religieux. Le choc d’une scène de violences sexuelles est décuplé par le côté cérémonieux qui intrigue autant qu’il dégoute. Plus tard, d’autres scènes comme les pendaisons, les lapidations et autres châtiments corporels font monter la pression. L’angoisse arrive à son apogée lors du premier épisode de la saison 2, dans lequel les servantes sont torturées en simulant leur pendaison suite à une rébellion. 

Préparez-vous à la sortie de la saison 4 le 5 juin via Pickx et regardez les trois premières saisons dès maintenant via le catalogue Movies & Series'. Découvrez l’offre complète de Movies & Series via l’option TV ‘All Stars’ de Proximus Pickx !

Lisez tout sur 'The Handmaid's Tale' ici :

Ce que vous devez savoir avant de regarder la saison 4 de ‘The Handmaid’s Tale’
Ces célébrités sont, elles aussi, fans de la série ‘The Handmaid’s Tale’
Comment la série ‘The Handmaid’s Tale’ est devenue un symbole féministe
Comment Elisabeth Moss est devenue une actrice incontournable après ‘The Handmaid’s Tale’
5 différences entre le roman et la série ‘The Handmaid’s Tale’
Retour sur l'histoire des 4 femmes les plus inspirantes de la série 'The Handmaid's Tale'
De 'Gilmore Girls' à 'The Handmaid's Tale' : l'ascension d'Alexis Bledel



 

Séries

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top