Après avoir perdu la finale de la dernière édition avec le PSG contre le Bayern Munich, Thomas Tuchel s'apprête à vivre une seconde finale de Ligue des Champions de suite. Le technicien allemand sera samedi sur le banc de Chelsea, qui défiera le champion d'Angleterre Manchester City à Porto.
"C'est une situation très différente (par rapport à la finale perdue en août contre le Bayern lorsqu'il était à la tête du PSG)", a assuré Tuchel vendredi en conférence de presse. "Si j'étais joueur, je n'aimerais pas que mon entraîneur me parle de son expérience personnelle de l'année dernière. L'expérience, c'est crucial pour un entraîneur, et après chaque match, j'engrange des savoirs. Bien sûr que j'apprends de mes défaites, mais l'an dernier, c'était un Final 8, c'était Paris et le Bayern en face. On est là pour gagner le trophée, même si nous sommes des outsiders, ça ne change rien dans notre approche."
S'il laisse volontiers le costume de favoris aux Skyblues de Kevin De Bruyne, Thomas Tuchel estime qu'il est toujours possible de "réduire les écarts en football". "On les a battus deux fois cette saison. C'était le défi pour demain (samedi). On l'a fait en étant courageux, en souffrant ensemble, avec beaucoup de qualité et de conviction."
L'Allemand a senti un groupe concerné et discipliné à l'entraînement avant cette grande finale. "Nous sentons en nous une vraie confiance, c'est un bon sentiment avant une finale. (...) Je veux que mes joueurs soient courageux, qu'ils restent actifs, qu'ils défendent et attaquent avec agressivité. Je ne veux pas avoir de regrets après le match, c'est ce que je leur encourage à faire."