8 conseils pour améliorer sa visée sur les FPS

Esports |

Tout bon joueur de FPS le sait : parmi toutes les mécaniques qui règnent dans les jeux de tir à la première personne, la plus importante reste sans aucun doute la visée d’un joueur. On a donc rassemblé, pour votre plus grand plaisir, une série de conseils qui vous permettront de mettre moins de balles dans le vide, et donc à remporter vos duels plus facilement.

 

De Proximus

Partager cet article

Avant de voir les puristes des Valorant, CS:GO, et autres FPS débarquer en sueur, il est nécessaire de rétablir quelques faits. Si cet article vise à vous donner les clés pour améliorer votre visée de manière générale, on ne mélange pas les torchons et les serviettes. Il serait inadapté de comparer, par exemple, un jeu comme Call of Duty: Warzone, FPS d’arcade et joué en mode Battle Royale, et donc sur une map ouverte, à un jeu de simulation comme CS:GO, joué en équipes sur des maps fermées.

Ces jeux, de par leur nature, ne récompensent pas les mêmes objectifs, et ne possèdent donc souvent pas les mêmes mécaniques. Nous nous efforcerons donc de différencier un maximum ces différents genres au cours de cet article, vous voilà prévenus…

1. Un jeu n’est pas un autre

Comme on vous l’expliquait, la famille des FPS (First-person shooter ;ndlr) représente un panel extrêmement large de jeux-vidéos. Si les plus joués de cette génération sont sans aucun doute ceux de type “Battle Royale“, on observe un regain d’attention pour des titres de simulation comme Counter-Strike: Global Offensive ou encore Valorant.

Bien entendu, si ces jeux sont différents de nature et par les objectifs qu’ils mettent en avant, leur gameplay diffère également. Et en prendre compte, c’est déjà faire une bonne partie du chemin. Prenons un exemple très concret : vous ne prendrez pas un duel de la même manière dans Apex : Legends, jeu très dynamique, et Valorant, qui est beaucoup plus lent. Si il vous venait à l’idée, dans ce dernier, de décaler à une fenêtre afin d’éliminer un ennemi de la même manière que vous le faites dans le battle royale de Respawn Entertainment, vous risqueriez fort d’être déçu.

Source : Call of Duty : Warzone

Il est donc nécessaire d’adapter son style de jeu, mais aussi sa sensibilité! En effet, il est conseillé dans les jeux de simulation comme CS:GO, où les headshots prennent une importance bien plus grande, de se doter d’une sensibilité assez faible afin de disposer d’un maximum de précision au tir. À l’inverse, un jeu dynamique comme Warzone se jouera avec une sensibilité bien plus élevée, permettant à votre personnage de se déplacer plus facilement. Evidemment, chaque joueur est différent et la seule “bonne sensibilité” reste celle dans laquelle vous jouez le plus confortablement.

2. Avoir un bon matériel …

Comme vous vous en doutez, on a rarement vu un pilote de course établir un record de vitesse au volant d’un vieux tacot. En gaming, c’est un peu la même chose. Bien entendu, on ne vous encouragera pas ici à dépenser une fortune dans un matériel haut-de-gamme mais il est nécessaire de prendre cette variable en compte. À la souris, la sensibilité est exprimée en DPI (dots per inch; ndlr), et si certains joueurs montent ce réglage à son maximum, celui-ci reste conditionné au capteur de votre périphérique. Certaines souris ont un capteur capable de monter jusqu’à 25 600 DPI, et même si une telle valeur est rarement atteinte, il est important de disposer d’un matériel qui ne vous limitera pas dans votre gameplay.

Attention, encore une fois, l’aspect majeur qui doit vous guider dans l’achat d’un tel matériel reste le confort. Rien ne sert d’avoir la même souris que votre joueur pro préféré si elle vous donne des crampes après une heure de jeu.

3. … et bien le régler !

Mais avoir la Rolls-Royce du matériel de gaming ne fera pas de vous un membre de la FaZe. Encore faut-il savoir le maitriser ! Au-delà de la sensibilité dont on vous parlait ci-dessus, il existe d’autres aspects à prendre en compte dans le réglage de son matériel.

Source : Logitech G Hub

Un autre réglage est aussi à prendre en compte : le taux de rapport de votre souris. Le taux de rapport est la fréquence à laquelle votre souris met à jour votre ordinateur avec vos mouvements ou clics. De manière générale, on vous conseillera d’augmenter cette valeur à son maximum. Attention cependant, sur certaines vieilles machines, un tel réglage peut affecter les performances.

4. Baisser les graphismes

Oui, on vous entends déjà grincer des dents, vous qui venez d’acheter la dernière carte graphique à prix d’or, alors que le marché est en pleine pénurie. Si une grosse majorité des joueurs souhaite en effet disposer des meilleurs graphismes possibles, cette option présente plusieurs désavantages dans certains jeux. Le premier fait référence aux performances de votre PC. Si vous désirez profiter de toute la beauté d’un jeu, il est fort probable que votre ordinateur vous le fasse ressentir avec une baisse de FPS (images par seconde; ndlr). Mais c’est bien la seule valeur que vous voudrez essayer de garder élévée tant que possible. Attention à prendre en compte le taux de rafraichissement de votre écran, si ce dernier ne monte qu’à 60 Hz, il n’est pas nécessaire d’avoir un nombre de FPS plus élevé. Vous pourrez alors augmenter les graphismes pour arriver à une valeur tout juste supérieure à 60.

Source : Counter-Strike Global Offensive

L’autre raison qui pousse certains joueurs, profesionnels pour la plupart, à baisser les réglages graphiques de son jeu est tout simplement une amélioration de la visibilité. Dans certains opus, les développeurs poussent le réalisme à son paroxysme et il arrive donc parfois que certains de vos adversaires se confondent dans textures trop détaillées. Diminuer les graphismes permet alors de mettre les joueurs en évidence, parfois à leur insu. Certains jeux, comme PUBG à ses débuts enlèvent par exemple les hautes herbes quand on diminue la qualité des images, dévoilant alors une colonie de campeurs allongés dans l’herbe.

5. Personnaliser votre crosshair

Sur certaines licences, il vous est proposé de modifier l’affichage de votre viseur, plus communément appelé crosshair. Si cette option n’est pas disponible dans tous les jeux, il est important d’en tenir compte dans les titres où celle-ci est modifiable. Les crosshairs affichés par défaut sont généralement peu esthétiques et couvrent parfois une plus grande partie de l’écran, de manière superflue. Les indicateurs de précision, qui se déplacent en fonction de votre position dans le jeu (debout, accroupi, en mouvement, etc) sont très utiles pour vous aider à comprendre certaines mécaniques de jeu. Ceci dit, une fois le jeu maitrisé, ces derniers deviennent inutiles et peuvent parfois gêner un joueur. Beaucoup de joueurs professionnels réduisent ainsi ce crosshair à sa taille minimale afin de laisser la plus grande partie de l’écran visible, et ainsi gagner en précision lors des duels.

Source : VALORANT

Encore une fois, un réglage n’est jamais optimal pour tout le monde. Il vous est alors conseillé de modifier les paramètres de votre viseur afin qu’il soit le plus adapté possible à l’utilisation que vous en faites.

6. Anticiper le placement des adversaires

Comme on vous le disait précédemment, un jeu n’est pas un autre. Dès lors, les mécaniques utilisées et votre de style de gameplay s’adapteront au jeu sur lequel vous évoluez. Mais s’il y a bien une chose qui reste élémentaire à maitriser si vous désirez progresser : l’anticipation.

Si ce concept peut s’appliquer de manière générale dans les jeux-vidéos, il prend tout son sens et son importance dans des jeux vous opposant à d’autres joueurs réels, comme la plupart des FPS. Comprenez, si vous réussissez à anticiper la position de votre adversaire, sans pour autant la connaitre avec exactitude, vous partirez avec un avantage conséquent dans les duels que vous rencontrerez.

7. Limitez les mouvements inutiles

Ce conseil-ci va de paire avec le précédent. Une fois que vous aurez compris que l’anticipation reste la clé d’une grosse partie des FPS, il est probable que certains de vos duels vous échappent encore. “Il a un aimbot, c’est pas possible autrement.” et d’autres plaintes sont sûrement déjà sorties de votre bouche… Si si, on vous voit.

Afin de progresser un peu plus, il est nécessaire de comprendre la valeur d’une micro-seconde lorsque vous jouez, encore plus dans des titres comme CSGO où le moindre headshot bien placé vous enverra instantanément au tapis , laissant au sol l’AWP pour lequel vous venez de vous ruiner. Afin de limiter au maximum les pertes de temps, un placement de viseur irréprochable est à acquérir. Ici, il n’y a qu’un mot d’ordre: VISEZ LA TÊTE !

Vous le remarquerez, mais certains jeux proposent d’ailleurs des aides pour ceci. À l’image de Valorant qui a, de manière très subtile, glissé de nombreux repères sur ses maps afin de vous indiquer, avant son arrivée sur votre écran, à quelle hauteur devrait apparaitre la tête de l’ennemi.

8. Entrainez-vous

Les précédents conseils vous aideront sans aucun doute à trouver des points d’amélioration, mais celui-ci reste la clé de voute d’un aim solide. Si vos joueurs professionnels ont développé une visée aussi tranchante, ce n’est pas grâce à un don du ciel (bien que certains démarrent visiblement avec un talent supérieur à la moyenne). Si ces derniers sont capables d’enchainer cinq têtes dans sourciller, c’est dû à un entrainement acharné. Comme on dit, “C’est en forgeant qu’on devient forgeron.”. Plusieurs joueurs conseillent d’ailleurs une dizaine de minute d’échauffement avant de se lancer en partie.

Plusieurs outils ont d’ailleurs été créés pour vous permettre de vous entrainer sans mettre en péril votre elo, parfois durement gagné. On vous conseillera entre autres 3D Aim Trainer. Ce site internet met à votre disposition plusieurs mini-jeux afin d’améliorer votre visée. Ces derniers peuvent être classés en fonction de l’aspect sur lequel vous voulez vous entrainer, mais aussi en fonction du jeu auquel vous jouez! Une véritable mine d’or donc. Cerise sur le gâteau : ce site est développé par des Belges !

Voilà, vous avez maintenant toutes les cartes en main pour améliorer votre visée et faire danser vos ennemis. Au bénéfice du doute, on vous laisse quand même la classique excuse du ping en cas de duel perdu, mais n’en abusez pas …

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top