Manchester City et Chelsea s'affrontent samedi, à Porto, en finale de la Ligue des Champions de football. Les 'Cityzens' sont en quête d'un premier sacre dans la principale compétition européenne. Les 'Blues' visent une deuxième victoire finale.
Pour la huitième fois de l'histoire, le dernier acte de la Ligue des Champions réunit deux clubs d'un même pays. Il s'agira du troisième duel 100 pour-cent britannique, après Manchester United/Chelsea (1-1, 6-5 aux tirs au but) en 2012 et Liverpool/Tottenham (2-0) en 2019.

Champion d'Angleterre et vainqueur de la Coupe de la Ligue, Manchester City veut à présent s'offrir une première coupe aux grandes oreilles tout en signant un triplé historique. Les 'Cityzens', pour la première fois en finale, peuvent étoffer un palmarès européen qui ne comprend actuellement qu'une Coupe des vainqueurs de coupe, remportée en 1970. Maître à jouer des Mancuniens, Kevin De Bruyne peut rejoindre Eric Gerets (1988 avec le PSV), Daniel Van Buyten (2013 avec le Bayern Munich) et Divock Origi (2019 avec Liverpool, buteur en finale) dans le club des joueurs belges officiellement vainqueurs de la Coupe/Ligue des Champions (Thomas Vermaelen et Simon Mignolet n'avaient pas joué la moindre minute lorsque Barcelone en 2015 et Liverpool en 2019 s'étaient imposés). Un autre Belge avait soulevé le prestigieux trophée: Raymond Goethals, entraîneur de Marseille en 1993. 

En parlant d'entraîneur, celui de Manchester City, Pep Guardiola, vainqueur de deux Ligues des Champions avec Barcelone, pourrait intégrer deux cercles fermés: celui des coachs triple vainqueurs de la C1, performance réalisée par l'Anglais Bob Paisley (1977, 1978, 1981 avec Liverpool), l'Italien Carlo Ancelotti (2003, 2007 avec l'AC Milan, 2014 avec le Real) et le Français Zinédine Zidane (2016, 2017, 2018 avec le Real), et celui des entraîneurs vainqueurs avec deux clubs différents. Là, il rejoindrait Ancelotti, les Allemands Jupp Heynckes (1998 avec le Real, 2013 avec le Bayern) et Ottmar Hitzfeld (1997 avec Dortmund, 2001 avec le Bayern), l'Autrichien Ernst Happel (1970 avec le Feyenoord, 1983 avec Hambourg) et le Portugais José Mourinho (2004 avec le FC Porto, 2010 avec l'Inter).

Sur base de la saison, Manchester City partira avec les faveurs des pronostics. Mais Chelsea peut faire valoir de sérieux arguments. L'expérience des grands rendez-vous tout d'abord. Les 'Blues' disputeront leur troisième finale de Ligue des Champions, après celle perdue contre Manchester United en 2008 et celle gagnée contre le Bayern Munich en 2012. Dans les deux cas, la coupe s'était jouée aux tirs au but après une rencontre terminée sur le score de 1-1. Le club a aussi remporté deux fois l'Europa League, en 2013 et 2019. Surtout, transfigurés depuis l'arrivée sur le banc de Thomas Tuchel, les 'Blues' ont remporté les deux derniers affrontements entre les deux équipes, en FA Cup (1-0) et en championnat (1-2) prouvant qu'ils savent comment faire déjouer la machine mancunienne. Finaliste malheureux l'an passé avec le PSG avant d'être licencié en décembre, Tuchel prendrait ainsi une belle revanche. 

En cas de victoire, Manchester City deviendrait le 23e club de l'histoire à inscrire son nom au palmarès, tandis que Chelsea s'ajouterait à la liste des double vainqueurs qui comprend actuellement onze clubs. 

La finale, dirigée par l'Espagnol Antonio Mateu Lahoz, se jouera à l'Estadio Dragao de Porto, qui a récupéré le match initialement prévu à Istanbul. 16.500 spectateurs pourront assister à la rencontre.