Tous deux sont des piliers de leurs équipes et comptent parmi les meilleurs joueurs de leur championnat, voire du monde. Et tous deux seront en finale de la Ligue des champions, ce samedi 29 mai. Pourtant, N’Golo Kanté et Riyad Mahrez auraient pu ne jamais percer dans le monde du ballon rond.

Le Français et l’Algérien se retrouveront sur la pelouse du stade de Porto pour la finale de la Ligue des champions entre Chelsea et Manchester City. Ces deux hommes ont connu un début de parcours professionnel similaire, entamé en France. Tous deux sont nés dans la région parisienne, où ils commenceront le foot dès leur prime jeunesse, mais ne passeront jamais par les centres de formation des grands clubs de l’Hexagone. 

Repérés sur le tard, ils feront leur entrée sur la grande scène à un âge déjà avancé. Ce qui ne les empêchera pas de monter au sommet du foot européen. 

Du CFA à la Premier League

N’Golo Kanté intègre le club de Suresnes, une commune de l’Île-de-France, quand il a dix ans. Malgré sa grande supériorité sur ses coéquipiers, il grandit dans les catégories d’âge successives sans jamais attirer le regard de recruteurs. En cause: sa petite taille. Il passe donc neuf saisons en Régionale 2. En 2009-2010, il inscrit dix buts sur la saison. C’est ce qui convainc enfin l’US Boulogne, pensionnaire de Ligue 2, de le faire signer comme amateur. N’Golo Kanté a alors 19 ans. 

Il commence par jouer avec l’équipe réserve, en CFA 2. En 2012, l’équipe première de Boulogne est reléguée en National et des cadres quittent le club. N’Golo Kanté y trouve alors sa place et démontre immédiatement ses capacités. Cette saison-là, il porte son équipe et est nommé meilleur joueur de son championnat. C’est la reconnaissance dont il avait besoin.

Le Stade Malherbe de Caen, en Ligue 2, jette son dévolu sur ce milieu de terrain discret en dehors de terrain, mais infatigable sur la pelouse. Après une saison, Caen monte en Ligue 1 et le talent de Kanté explose aux yeux de la France, et du monde. En 2015, le club anglais de Leicester City le fait venir en Premier League, contre une indemnité record pour Caen (8 millions d’euros). Un an à peine plus tard, il pose ses valises à Chelsea. Depuis lors, les louanges et les récompenses, tant individuelles que collectives, ne cessent de tomber pour le Français. 

La Manche comme tremplin

Né en France de parents algériens, Riyad Mahrez suit rapidement les traces de son paternel, ancien footballeur en Algérie. Il rejoint l’AAS Sarcelles, en région parisienne, lorsqu’il a douze ans. Mais, comme pour Kanté, sa morphologie fébrile freine les scouts des grosses écuries. Son talent  est pourtant indéniable. Après un parcours junior de six années, le club de Quimper, en CFA, vient taper à sa porte. C’est loin de chez lui et le billet de train coûte cher, mais Mahrez sent l’opportunité et y signe donc son premier contrat à 18 ans. 

Les dirigeants du club du Havre, dont l’équipe B joue en CFA, assistent aux prestations de Mahrez sur le terrain cette année-là. Et en septembre, ils attirent l’Algérien dans la ville portuaire. Après une saison avec la réserve, Mahrez démontre qu’il a le talent pour jouer en Ligue 2 avec l’équipe première. Pendant trois ans, l’ailier droit virevoltant fera des merveilles chez les pros. Mais il n’intéresse toujours pas les grands clubs français. 

C’est encore une fois les recruteurs de Leicester qui auront le nez fin. En janvier 2014, les Foxes, alors en Championship, achètent Mahrez pour un demi-million d’euros. Si le transfert laisse beaucoup d’observateurs sceptiques, l’ancien du Havre démontre immédiatement sa valeur. L’année suivante, il aide les siens à monter en Premier League. À 24 ans, sa carrière est enfin lancée et elle sera couronnée de succès.

On le voit, Kanté et Mahrez sont partis de loin. Travail et détermination sont les deux barreaux de l’échelle qui les a hissés au sommet. Distingués en club et en sélection, les deux anciens coéquipiers lorgnent encore un des rares trophées qui manquent sur leur étagère: la Ligue des champions. Mais samedi soir, seul l’un d'eux repartira avec les honneurs. 

Suivez la finale de la Ligue des champions entre Chelsea et Manchester City ce samedi 29 mai dès 20h50 sur Pickx+ Sports 1, disponible dans le forfait All Sports de Proximus.

Le service Proximus Pickx propose sur son app (Android & iOS) et sur le web un nouveau mode « interactif ». Grâce à cette nouvelle fonctionnalité, vous pouvez, lors de la diffusion des différentes rencontres, découvrir les compositions des équipes, analyser les statistiques du match ou encore retrouver l’historique des rencontres entre les deux clubs en un seul clic. Mais surtout, le lecteur vidéo interactif vous permet de revivre à votre guise les plus belles actions du match instantanément, en utilisant la molette digitale présente sur la droite de l’écran. Grâce à ces nouvelles fonctionnalités, vivez les exploits de votre équipe favorite comme nulle part ailleurs