15 : la Belgique décroche la troisième place contre l’Angleterre à la Coupe du monde 2018

Dans le cadre de l'Euro 2020 de football, que tout le peuple belge attend comme le tournoi qui nous offrira enfin une victoire en tournoi international (en dehors des JO 1920), Proximus Pickx a épinglé 20 moments importants de l'histoire des Diables Rouges qui nous donnent la chair de poule... dans le bon ou dans le mauvais sens. L’épopée russe de 2018 fut l’une des plus belles pages de l’histoire de notre sélection. Elle s’est ponctuée par une splendide et inédite troisième place au Mondial, gagnée de main de maître contre l’Angleterre. 

Le 11 juillet 2018, la Belgique se réveillait avec la gueule de bois. La demi-finale de la Coupe du monde contre la France n’a pas souri aux Diables, qui se sont faits éliminer par leur meilleur ennemi sur le plus petit écart. Le rêve de sacre était anéanti. Mais il restait encore un match à disputer, et pas n’importe lequel: la petite finale! La Belgique avait encore l’occasion de rentrer dans la légende en réalisant la meilleure performance de son histoire dans un Mondial. 

L’adversaire pour cette ultime rencontre en Russie était l’Angleterre, que notre équipe connaissait bien étant donné que de nombreux joueurs belges évoluaient en Premier League. Mais surtout, les Diables avaient déjà affronté les Three Lions en poules, deux semaines plus tôt. Ce match s’était terminé sur une victoire belge (0-1), qui avait offert la première place du groupe à notre pays. Mais cette fois, l’enjeu serait encore plus grand.

Meunier ouvre le score

Si on reprochait parfois à la Belgique de mal entrer dans ces matchs, ce ne fut absolument pas le cas en ce 14 juillet. Des Diables Rouges déterminés arrivaient le couteau entre les dents, sans doute encore piqués par la défaite contre les Bleus. Si bien que les supporters n’ont dû attendre que quelques minutes pour sauter de joie. 

À la 4e minute, Romelu Lukaku envoyait Nacer Chadli en profondeur. Le héros du huitième de finale contre le Japon adressait ensuite un centre qui passait devant toute la défense avant de trouver l’autre latéral, Thomas Meunier, qui avait bien suivi. Le back droit du PSG déviait le cuir dans le but de Pickford et lançait la Belgique sur la voie du podium.

Sereine, la Belgique imposait ensuite son rythme et sa domination. Les assauts se répétaient, mais le gardien anglais Jordan Pickford veillait au grain et empêchait De Bruyne (12e) ou Lukaku (16e, 56e) de creuser l'écart. Les Three Lions se montraient très timides, à l'image de leur ligne d'attaque pourtant menée par Harry Kane et Raheem Sterling

Le sauvetage de Toby

La rencontre aurait pu tourner à la 70e minute. Grâce à un joli une-deux avec Marcus Rashford, Eric Dier s’immisçait dans la surface belge. Seul face à Thibaut Courtois, le milieu de terrain anglais piquait son ballon pour l’envoyer au fond. Mais au dernier moment, Toby Alderweireld surgissait sur la ligne pour dégager le ballon et refuser le but à son coéquipier de Tottenham

Ce petit coup de stress a remis la Belgique en ordre de marche. Dix minutes plus tard, Dries Mertens orchestrait ce qui aurait pu être le plus beau but du mondial. L’attaquant de Naples récupérait le ballon dans son camp et partait en contre-attaque. Il combinait plusieurs fois en un temps avec De Bruyne pour remonter tout le terrain (non sans une splendide talonnade de notre n° 7) et mettre la défense anglaise aux abois. 

À l’entrée de la surface, Mertens dosait ensuite un centre vers Meunier, encore une fois aux avant-postes. Le latéral droit reprenait le ballon de pleine volée, mais son tir était malheureusement bloqué par le rempart Pickford. Le portier d’Everton privait alors la Belgique d’un goal sensationnel. 

La délivrance et la médaille

Mais ce n’était que partie remise. À huit minutes du terme, De Bruyne mettait Eden Hazard sur orbite grâce à un caviar dont il a le secret. Le capitaine des Diables ne tremblait pas face à Pickford et plantait le but du 2-0, enterrant les derniers espoirs anglais. 

La messe était dite et la Belgique s’emparait de la troisième place de la Coupe du Monde 2018. La génération dorée surpassait celle de Mexico 86, qui avait terminé quatrième du Mondial. La déception de la demi-finale laissait place à la fierté de ce classement record. Les 23 Diables Rouges, le coach Roberto Martinez et le staff sont allés chercher leur médaille de bronze, avant de rentrer en Belgique pour une fête complètement folle.



Toujours plus d'articles "battements de coeur" ?

- 16 : quand Romelu Lukaku délivrait la Belgique au terme d’un match fou contre les Etats-Unis
- 17 : Erwin Vandenbergh surprend l’Argentine au Mondial 1982
- 18 : quand Romelu Lukaku envoie la Belgique au Brésil
- 19 : le jour où Maradona brisa le rêve mondial belge
- 20 : Saeed Al-Owairan réduit en miettes les Diables Rouges à la manière de Maradona au Mondial 94

Football

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top